L'industrie se dit prête à affronter le nouveau virus H5N1

Une nouvelle vague de grippe aviaire risque d'arriver jusqu'en France. Le virus a muté et résiste aux vaccins. Un danger à ne pas négliger mais que l'industrie agroalimentaire se sent capable d'affronter.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'industrie se dit prête à affronter le nouveau virus H5N1

L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lance une alerte sur une nouvelle souche du virus H5N1. "Une souche mutante de ce virus mortel se propage en Asie et au-delà, avec des risques imprévisibles pour la santé humaine", annonce le communiqué publié lundi 29 août.

"Là, nous avons à faire à un nouveau variant du virus H5N1. La situation s’améliorait significativement depuis 2008. Mais ces virus se recombinent. Aujourd'hui on a une souche qui s’est développée dans le sud asiatique et arrive déjà en Europe par la Bulgarie et la Roumanie", explique Stéphan De La Rocque, vétérinaire de la FAO. "Le problème est que cette mutation du virus résiste à nos vaccins. Il y a véritablement une nouvelle vague et se répand très vite. Il est déjà en Europe", s’alarme le vétérinaire spécialisé en maladies émergentes.

Le danger est présent mais la dernière crise a permi à l’industrie agroalimentaire de se préparer. "Le changement est colossal en terme de biosécurité", confirme le vétérinaire. Une affirmation confortée par l’analyse de Virginie Guérin, chargée de gestion de crise à l’Associaiton nationale des industries agroalimentaires (Ania) : "Si le virus arrive jusqu’en France, le mécanisme mis en place en 2007-2008 se ré-actionnera automatiquement".

Une veille accrue

Le processus est basé sur une protection des salariés avec des règles d’hygiène simples : se laver les mains et porter des masques dans les entreprises où le contact avec les oiseaux est important. A l’échelle nationale, l’action est coordonnée grâce à une communication continue entre la filière aviaire et le ministère de l’agriculture. Une plateforme informatique a été mise en place pour favoriser la transmissions des indicateurs de production. Puis au niveau international, la FAO s’est alliée à l’ Organisation mondiale de la santé (OMS) pour réagir au plus vite en cas d’alerte.

Concrètement, cela signifie que si un élevage est contaminé, le service vétérinaire interviendra rapidement. Des barrières délimiteront une zone de sécurité. Et l’élevage sera abattu partiellement ou intégralement. "Du côté des industriels français, la veille est accrue même si nous sommes encore loin de la pandémie", rassure Virginie Guérin.

Pour la responsable de l’Ania, les industriels sont prêts à faire face pour protéger leurs salariés. "Ils ont même encore des stocks de masques achetés lors de la dernière crise", rapporte-elle. Mais surtout, ils peuvent faire face à leur devoir en temps que "secteur prioritaire". A l’instar du secteur de l’énergie, l’activité économique est perçue comme vitale. "Même avec une pandémie, l’industrie agroalimentaire peut continuer à produire et à nourrir la population".

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS