Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

L’industrie pharmaceutique poursuit sa mue

,

Publié le

Le syndicat de l’industrie pharmaceutique française Leem (Les Entreprises du Médicament) présente un premier bilan chiffré de l’année 2009 et met l’accent sur l’ampleur des mutations du secteur.

L’industrie pharmaceutique poursuit sa mue © D.R.

Selon les premières données 2009 (hors vaccin contre la grippe A), le chiffre d’affaires des médicaments vendus en ville a connu une croissance de 2,3 %, soit 2,2 % pour les remboursables et 3,6 % pour les non remboursables. + 4,5 % pour les médicaments utilisés à l’hôpital.
L’excédent commercial devrait se situer entre 6,5 et 7 milliards d’euros, juste en dessous du record historique de 7,1 milliards établi en 2008. L’année passée, les exportations ont été rendues plus difficiles par le protectionnisme et la maîtrise des coûts justifiés par la crise (Roumanie, Pologne, Hongrie, Grèce, Turquie ou Algérie), ainsi que par la volonté de nombreux pays (Chine, Inde ou Brésil) de développer leur production locale.
A la rubrique emploi, les effectifs du secteur ont subi en 2008 une légère baisse de 0,24 % (malgré 9 620 recrutements), après une décennie de progression. Avec de nombreux plans sociaux, 2009 devrait confirmer cette tendance, autour de - 0,7 %. 2010 également.

Les biotechnologies, qui assurent une personnalisation des traitements tout en réduisant les effets secondaires, prennent une part de plus en plus importante, dans la recherche mais aussi dans la production. Elles représentent aujourd’hui entre 10 et 15 % des médicaments et contribuent fortement au développement des nouveaux produits. Pour le président du Leem, Christian Lajoux (Sanofi-Aventis), « les 300 à 400 biotechs françaises doivent désormais devenir de véritables PME en développant les études cliniques et la bioproduction ». Pour cela, les pouvoirs publics ont mis en place un fonds d’investissement de 140 millions d’euros (abondé par le Fonds stratégique d'investissement et les industriels). Le Leem appelle les entreprises de biotechnologies à s’appuyer sur les pôles de compétitivité (il en existe huit dans la santé) afin d’accélérer les coopérations avec la recherche académique et les grands laboratoires pharmaceutiques. Et estime que les processus d’évaluation, construits pour les médicaments chimiques, devront être révisés.

La recherche
connaît également de profondes mutations. Face à la création de l’Aviesan (Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé), qui regroupe les principales institutions publiques de recherche dans la santé, le Leem travaille à la création d’une nouvelle alliance des différents industriels (médicaments, dispositifs médicaux, diagnostic, e-santé…). L’objectif consiste à booster les partenariats public-privé. Une réflexion prospective, « Innovation Santé 2025 », va également être lancée par l’ensemble des acteurs de la recherche. Elle vise à anticiper les grands enjeux de demain et à évaluer les moyens nécessaires pour placer la France parmi les leaders des sciences du vivant.
Pour le Leem, la recherche pharmaceutique doit se concentrer sur trois domaines : les études cliniques, la recherche translationnelle et l’épidémiologie. En matière de recherche clinique, 2010 devrait être l’occasion d’évaluer le bilan des coopérations entre les industriels et l’hôpital. En 2005, les entreprises du médicament s’étaient engagées à hauteur de 10 millions d’euros par an.
Face aux mutations du secteur (fin des blockbusters, hausse des coûts de R&D), le Leem souhaite aussi l’engagement d’une réflexion à l’échelle mondiale sur la durée de vie des brevets, envisageant une protection sur 25 ans au lieu de 20 ans aujourd’hui (souvent 10 années de recherche pour 10 années de commercialisation).

Pour adapter la pharma française à l’ensemble de ces mouvements de fonds, le Leem vient de lancer une réflexion collective destinée à accoucher d’un plan stratégique pour 2010-2013. Un plan qui devrait avoir des conséquences sur l’organisation et le fonctionnement du syndicat. 2010 pourrait donc être l’année du changement, avec l’élection du président du Leem. Christian Lajoux n’a pas encore précisé ses intentions.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus