L’industrie nautique française plie mais ne rompt pas

Sur un marché mondial en baisse d’environ 20 %, l’industrie nautique française résiste et fourbit ses armes. Le Festival de la Plaisance de Cannes, du 11 au 16 septembre, et le Grand Pavois de La Rochelle, du 19 au 24 septembre, donneront le pouls de l’industrie pour les mois à venir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’industrie nautique française plie mais ne rompt pas

Le contexte est morose, mais les industries nautiques ne baissent pas les bras. "L’état d’esprit des industriels est à une très forte combativité. Et cela est basé sur des faits". Jean-François Fountaine, le président de la fédération des industries nautiques (FIN) reconnaît les difficultés actuelles du secteur tout en insistant sur les atouts de l’industrie française du nautisme.

Il y a, d’abord, un niveau d’activité correct, surtout en Méditerranée. La pratique du nautisme se maintient, avec une faible croissance de la location maritime et une saison convenable pour la location fluviale. Quant à l’intérêt pour les loisirs nautiques, il ne se dément pas. Les 550 000 visiteurs de la Fête du Nautisme ou les 700 000 personnes présentes aux Tonnerres de Brest le démontrent. Les Français restent attachés aux loisirs nautiques.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une flexibilité améliorée

Cela ne peut malheureusement pas occulter la brutalité des chiffres. La baisse des immatriculations de bateaux neufs en France s’élève à 9,3 % entre septembre 2011 à juillet 2012. Un moindre mal, puisque le marché mondial a baissé de l’ordre de 20 %. Le marché intérieur a donc offert une certaine résistance, ce qui constitue un élément important pour l’industrie nautique hexagonale.

Dans ce contexte difficile, la tendance des mois à venir reste indécise. À l’affût de tout signe de reprise, l’industrie française s’appuie sur sa couverture mondiale (66 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export), une très bonne image de marque et le lancement de nombreuses nouveautés. Les chantiers français ont également anticipé l’arrivée de nouvelles législations, en particulier dans l’Union européenne, et ils seront donc bien préparés lors de leur mise en application. Contraints de s’adapter à un marché qui s’apparente à des montagnes russes, ils ont également amélioré leur flexibilité industrielle pour s’adapter rapidement au niveau des commandes.

Les deux grands salons de la rentrée, le Festival de la Plaisance de Cannes, du 11 au 16 septembre, et le Grand Pavois de La Rochelle, du 19 au 24 septembre, donneront le ton pour les mois à venir. Le premier, orienté vers les grosses unités, verra son nombre d’exposants en légère augmentation, quand le second, plus orienté sur les bateaux de moins de 20 mètres, devrait être de même taille que lors de l’édition 2011, avec 850 exposants et 750 bateaux.

0 Commentaire

L’industrie nautique française plie mais ne rompt pas

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS