L’industrie n’enthousiasme guère les lycéens des filières scientifiques et technologiques

Alors que commence la Semaine de l’industrie, les Arts-et-Métiers et L’Usine Nouvelle publient un baromètre mesurant la perception de l’industrie par les lycéens. Il en ressort qu’elle présente un handicap d’image par rapport aux autres secteurs auprès des jeunes qui la méconnaissent. A l'inverse, ceux qui la connaissent l'apprécient et pourraient y travailler comme ingénieur. Plus que jamais, faire découvrir les métiers de l'industrie est indispensable.

Partager
L’industrie n’enthousiasme guère les lycéens des filières scientifiques et technologiques

Entre les lycéens de section scientifique et technologique et l’industrie, ce n’est ni la passion, ni le grand amour, pas davantage la haine. Entre les jeunes et la vieille dame toujours verte, la relation ressemble plutôt à un flirt possible. S’ils la connaissaient mieux, la relation pourrait peut-être se prolonger, mais en l’état, force est de constater qu’ils ne se connaissent pas bien. C’est ce qu’on découvre en lisant les résultats du baromètre Arts et métiers l’usine nouvelle, réalisé par OpinionWay. (*)

Ainsi, 69 % des lycéens interrogés déclarent avoir une bonne image de l’industrie (10 % ont une très bonne opinion et 59 % une assez bonne opinion). C’est un résultat correct. Toutefois, c’est près de 10 points de moins que les métiers de services (77 %) et 20 de moins que ceux du commerce et de l’artisanat (87 %). L’image de l’industrie est meilleure auprès des garçons (71 %) que des filles (66 %), des élèves de série technologique (73 %) que scientifique (67 %), en Ile de France (73 %) que dans le reste de la France (67 %).

Une méconnaissance du monde industriel

Un amour en demi-teinte donc qui provient largement d’une méconnaissance du monde industriel. Quand on demande aux jeunes si un produit est ou non industriel, l’automobile reçoit 100 % des réponses, devant un smartphone (91 %), un pack d’eau minérale (71 %) ou un parfum (68 %). Rien d’étonnant donc si les lycéens qui ont une image négative évoquent d’abord l’image "des usines qui ferment", "les licenciements" (20 %), "un secteur qui manque de compétitivité, qui est en déclin" (17 %). Et si seulement 25 % des jeunes interrogés considèrent qu’il est facile de décrocher un emploi dans la filière de l’industrie.

A l’inverse les fans de l’industrie pointent qu’elle est "un secteur d’avenir" (18 %), qu’elle est "source de progrès et d’innovation" (18 %). Pour ne rien arranger, les jeunes lycéens ont une image négative des entreprises industrielles, qui ne respectent pas l’environnement pour 70 % des personnes interrogées, qui ne sont pas respectueuses de leurs salariés (61 %) et qui n’offrent pas de bonnes rémunérations (54 %).

Paradoxalement, avec ces résultats plus que mitigés sur l’industrie, c’est une bonne nouvelle que 46 % des lycéens souhaiteraient faire des études d’ingénieur, les garçons (58 %) sont plus nombreux que les filles (27 %), les élèves issus de filières technologiques (50 %) que les scientifiques (45 %). De même 45 % des lycéens déclarent qu’ils aimeraient travailler dans l’industrie. Les secteurs qui attirent le plus les jeunes sont les énergies renouvelables (49 %), les équipements électriques, électroniques et numériques (42 %), la construction aéronautique ou spatiale (40 %), la chimie (27 %), l’automobile (17 %).

L’étude d’Opinionway confirme qu’un des handicaps de l’industrie reste la méconnaissance du secteur et de ses métiers. 39 % des lycéens disent bien connaître les métiers de l’industrie, 35 % les formations qui y conduisent. Si le métier d’ingénieur arrive en tête des métiers, ce n’est pas un hasard, mais la récompense de l’action des écoles. 63 % des lycéens estiment qu’elles informent convenablement et ils sont 53 % à déclarer qu’ils pourraient rejoindre les bancs de l’une d’entre elles pour travailler dans l’industrie, 19 % envisagent de rejoindre un BTS et 16 % un IUT.

Christophe Bys

(*) Réalisée auprès d’un échantillon de 507 lycéens représentatifs de la population des lycéens en série S et technologique, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, de série et de niveau d’études après stratification par région de résidence.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - St Maur des Fosses

Prélèvements et analyses microbiologiques pour les unités de restauration

DATE DE REPONSE 07/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS