Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'industrie italienne face à des milliards d'euros de dégâts

, ,

Publié le

L'Emilie-Romagne, l’une des régions industrielles les plus productives d’Italie, a été frappée mardi 29 mai par un séisme d'une magnitude de 5,8, suivi par une série de secousses. Le 20 mai, elle avait été déjà été touchée par un tremblement de terre de magnitude 6. Les pertes pour l'industrie de la région s'élèvent à des milliards d'euros.

L'industrie italienne face à des milliards d'euros de dégâts © Flickr - Ell Brown - C.C

Au moins 23 personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées par ces deux séismes. L’industrie en Emilie-Romagne a été également été touchée, en particulier dans le secteur de Mirandola, où se trouvent environ 100 entreprises biomédicales, leader sur le marché européen des composants pour l'hémodialyse, et plus de 5.000 employés.

Les dommages à l’économie des zones touchées par les séismes sont estimés, pour le moment, à deux milliards d’euros. Le secteur biomédical, la construction mécanique, l'alimentaire ou le carrelage représentaient les points de force de cette région qui concentre 1% environ du PIB italien.

Celle qu’on appelle la "food valley" devra faire face à d’importants dégâts côté agroalimentaire : parmesan, jambon de Parme et vinaigre balsamique ont sombré dans les entrepôts  des millions d’euros. Environ deux mille entreprises de textile, qui avaient réussi à s’en sortir pendant la crise, doivent également faire face aux dommages liés aux séismes.

Par précaution, les célèbres entreprises Ferrari, Maserati et Ducati ont dû fermer leurs usines dans la zone le 29 mai.

La Confindustria, principale fédération patronale du pays,  n’a pu que constater des dégâts qui ne font qu’aggraver une situation économique déjà difficile pour le pays. Rien que pour le secteur agricole, l'organisation professionnelle Coldiretti a évalué à 500 millions d'euros les dégâts provoqués par les deux séismes.

Selon le quotidien La Repubblica, le séisme du 20 mai a causé des dégâts structurels (entrepôts et machines-outils), de l'ordre de 300 millions d'euros tandis que celui de mardi dernier a fait enregistrer des dommages chiffrés à environ 600 millions d'euros. Il s'agit d'installations de haute technologie à fort taux d'innovation. Le secteur biomédical, lui, pleure au moins 800 millions de pertes.

"Il faut agir"

La zone de Mirandola produit 60% des produits et équipements nécessaires à la dialyse. Ce "district industriel" biomédical est né de l'idée de Mario Veronesi, un ex-pharmacien de 80 ans. Le "Steve Jobs" du secteur biomédical d’après le quotidien La Repubblica, explique : "Nous devons nous remettre rapidement, mais de façon intelligente. Il faut évaluer les dégâts pour comprendre si une éventuelle reprise est possible et changer ce qu’il faut changer".

Le créateur du biomédical de Mirandola a dû changer de résidence pour échapper aux secousses. "Ma maison est solide, dit-il, mais elle se trouve en zone rouge et on m’a forcé à partir. Certes, réfléchir et agir rapidement n’est pas une affaire facile, mais nous devons y arriver. Le gros danger, après ce drame, est que certaines multinationales puissent migrer ailleurs", s’inquiète-t-il. "Le seul moyen pour les empêcher de partir est d’agir en vitesse. Le biomédical est un secteur délicat. Les entreprises bloquées nous empêchent de livrer nos clients, en particulier les hôpitaux. Nous risquons donc de les perdre".

Patronat et syndicat ont décidé d’œuvrer ensemble dans le but de recueillir des fonds pour aider les travailleurs et le système de production de l'Emilie-Romagne. Pour sa part, le Conseil des ministres a décidé d’une augmentation de deux centimes sur les carburants pour couvrir les frais les plus urgents, avec l’aide des fonds mis à disposition par la "Spending review".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle