L'industrie incitée à faire des économies d'eau

Nathalie Kosciusko-Morizet présentait hier, mercredi 20 juillet, 230 mesures pour le plan d'adaptation aux changements climatiques. Au coeur de ce plan, les mesures d’économies d’eau, citées par la ministre de l’Ecologie, concernent directement l’industrie. Explications.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'industrie incitée à faire des économies d'eau

Environ "2 milliards de mètres cubes par an". C’est le déficit en eau estimé à l’horizon 2050 pour satisfaire les besoins de la France en considérant une stabilité de la demande, fait valoir le ministère de l’Environnement. Un constat dressé dans le cadre de son plan d'adaptation aux changements climatiques. Par ailleurs, à cet horizon, la baisse des écoulements des cours d’eau atteindra "15 à 30%".

En particulier, le réchauffement "naturel" des cours d’eaux provoquera une tension sur les rejets thermiques industriels. "La température des rivières pourrait excéder spontanément la limite actuelle réglementaire des rejets industriels", indique le ministère. Quant au réseau d’eau potable, c’est dès à présent qu’il pose problème, avec une moyenne de "25 % de perte par fuite", fait valoir le gouvernement. Véolia ou Suez environnement estiment plutôt ces pertes à un taux situé entre 18% et 22%.

Le plan gouvernemental prévoit donc un ensemble de mesures pour économiser 20% d’eau prélevée en 2020, à travers l’action des Agences de l’eau. Au menu, des programmes de détection et réduction des fuites dans le réseau, et d’aide à la récupération des eaux de pluie ou des eaux usées.

Les collectivités territoriales bénéficieront par exemple d’une aide financière pour renforcer leur activité de récupération des eaux. Des aides financières sont également prévues pour développer la réutilisation des eaux usées traitées à destination des espaces verts et cultures.

Les tours aérorégrigératnes des centrales nucléaies visées

Au moins 562 millions d'euros mobilisés
La France va consacrer à ce plan d'adaptation au changement climatique 171 millions d’euros, auxquels viennent s’ajouter 391 millions au titre des investissements d’avenir. Par ailleurs, elle pourra s’appuyer sur les financements nationaux et européens débloqués dans le cadre du plan sécheresse, qui s'appuie sur un fonds de 700 millions d'euros, et du plan submersion rapide (montée des eaux), qui bénéficie d’une enveloppe de 500 millions d’euros entre 2011 et 2016.
Surtout, un "programme d’amélioration des performances des tours aéroréfrigérantes des centrales nucléaires" doit être mis sur pied. "Il s’agit d’optimiser les systèmes et de lutter contre l’entartrage, voire d’améliorer les systèmes de refroidissement pour limiter au maximum l’échauffement du milieu aquatique".

En effet, un circuit dit "tertiaire" vise à refroidir et condenser la vapeur d’eau d’une centrale qui fait tourner les turbines. Ce circuit est alimenté par l’eau des mers ou des rivières à proximité des réacteurs. Si le débit de la rivière est trop faible, ou si l’on veut limiter son échauffement, on utilise des tours de refroidissement, ou "aéroréfrigérants". L’idée du plan gouvernemental est de limiter le volume d'eau de ce système qui s’évapore dans l’atmosphère, ce qui provoque d’ailleurs ces panaches blancs caractéristiques des centrales nucléaires. Et d’augmenter le rendement de ces systèmes de condensation.

Enfin côté agriculture, les pratiques économes en eau seront encouragées. Il est attendu une réduction des volumes prélevés "sur 14 000 hectares" en y implantant des cultures plus économes en eau "comme le sorgho ou le soja à la place du maïs".

Ce plan français quinquennal d’adaptation au changement climatique est une application de la loi Grenelle I, promulguée en août 2009. Elle se décline en près de 230 mesures, mises en pratique par 70 actions-clés. La majeure partie des mesures entrera en vigueur avant 2012. La stratégie française sera soumise à un suivi annuel par les 5 collèges du Grenelle de l’environnement. L’évaluation de mi-parcours est quant à elle attendue pour la fin 2013.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS