L’industrie française dans la crainte d’un assèchement du crédit

En raison de la crise financière, le groupe des fédérations industrielles (GFI) s’inquiète le 14 septembre que les industriels viennent à manquer de crédit et subissent une nouvelle crise.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’industrie française dans la crainte d’un assèchement du crédit

"Nous avons une énorme crainte qu'il y ait un assèchement du crédit, explique Pierre Gattaz, à la tête du GFI. Le premier semestre a heureusement permis de reconstituer les trésoreries, mais il ne faudrait pas que cette crise dure trop longtemps".

En effet, selon les chiffres du GFI, depuis le début de l’année, la production industrielle, les investissements et l’emploi ont progressé de manière comparable à 2010. Mais le rebond industriel reste en retrait par rapport à son point haut enregistré au printemps 2008, selon le point de conjoncture de l'institut Coe-Rexecode réalisé pour le GFI. Pour l’institut, tout "dépendra désormais des répercussions du choc subi par les marchés financiers durant l’été". En effet, les chefs d’entreprise devraient être amenés à revoir leurs programmes d’investissement.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mais Pierre Gattaz veut rester optimiste. "Le carnet de commandes est encore bon, on reste positif", assure-t-il. Et ce, malgré un premier fléchissement des commandes remarquées pendant l’été.

Son homologue de la Fédération des industries mécaniques (FIM), Jérôme Frantz, raisonne de manière comparable. Pour lui, certains secteurs n’ont pas encore connu de recul des commandes, notamment dans la sous-traitance automobile. La demande devrait selon lui être encore soutenue, "grâce à des stocks encore bas et un réel besoin des entreprises de réinvestir dans un nouveau matériel".

Revenant sur la question de la réduction des dépenses publiques, le GFI se dit opposé à un alourdissement des charges fiscales pour les entreprises. Il plaide plutôt pour la mise en place de filières d’excellence.


Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS