L’industrie fortement touchée par les défaillances

Plus de 2000 PME de plus de 15 ans ont déposé le bilan au deuxième trimestre 2009. 400 sont des entreprises industrielles. Au total, 13 908 procédures de redressement ou liquidation ont été ouvertes au deuxième trimestre selon Altares. Pour Euler-Hermès, 2009 atteindra un niveau historiquement élevé à +20% de défaillances.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’industrie fortement touchée par les défaillances

Pour sa livrée de juillet, le cabinet Altares constate une modération des défaillances au deuxième trimestre 2009. Un ralentissement très relatif à + 15% contre + 21% les deux précédents trimestres. Mauvaise nouvelle, les procédures en cours affectent beaucoup plus les PME anciennes, de plus de 15 ans, fragilisées par lacrise. C ’est même souligne Altares, sur ces PME que l’accélération du risque est la plus forte. Ce trimestre on note ainsi des procédures ouvertes pour des sociétés telles Heuliez, Nortel, Schaeffler ou Autocast…

Une analyse partagée par Euler-Hermes, qui constate un doublement des défaillances d'entreprises réalisant plus de 5 millions d'euros de chiffre d'affaires : elles sont 900 à faillir. Pire toujours sur la même période, les défaillances d'entreprises de plus de 100 salariés ont connu une augmentation de 68% !

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les défaillances augmentent quatre fois plus vite dans l’industrie – et l’immobilier -, que dans l’ensemble des secteurs. Pire, les PMI représentent 20% du segment des plus de 15 ans, alors qu’elles sont trois fois moins représentées sur le segment dans la population des défaillantes plus jeunes. Pour Marie-Christine Schmidtt, chargée d'études pour Euler Hermes, cette augmentation dans l'industrie s'explique par une meilleure résilience de ces entreprises en fin d'année, mais qui arrivent en bout de course faute d'une amélioration significative des stocks.

En termes de gestion de risques, Thierry Milon, responsable des études Altares note, « La jeunesse du client est généralement le point de fixation de bon nombre de gestionnaires de risque, c’est pourtant du client ancien et fidèle, voire important, que vient le plus souvent le retard de paiement fatal. Ce trimestre, 154 sociétés de plus de 5 M € de chiffre d’affaires ont fait l’objet d’une défaillance ; près d’une sur cinq réglait ses fournisseurs avec un retard supérieur à 30 jours. Or Altares observe qu’à partir de 30 jours de retard de paiement, la probabilité de défaillance de l’entreprise est multipliée par six. Connaître ses clients, voire ses fournisseurs, est primordial a fortiori dans ce contexte de tension de trésorerie pour continuer à faire durablement de bonnes affaires. »

La mécanique touchée de plein fouet

Par rapport au premier trimestre 2008, les dépôts de bilan des PMI augmentent de plus de 50% avec en tête de liste les sociétés de mécaniques et de métallurgie : 228 de ces sociétés ont défaillie, soit une hausse de 158 % !

Dans le détail, les défaillances augmentent de 69% dans l’activité machine et équipements, 33% dans celles des réparations et maintenance et 46% dans les autres industries manufacturières. Dans ce contexte, les défaillances sur le segment des sociétés de services aux entreprises reste tendu à + 18% et plus particulièrement les services techniques et scientifiques (+ 26%). Sur le plan régional, Rhône-Alpes et Haute-Normandie sont particulièrement touchées. "Sur un cumul de douze mois à fin mai, Rhône Alpes est en progression de 26%, ce qui est énorme quand on sait que cette région représente 10% des défaillances nationales", détaille Marie-Christine Schmidtt. A l'identique, la Basse-Normandie avec + 30,8% sur un an est à un niveau historiquement élevé. Malheureusement, les prévisions d'Euler Hene sont pas optimistes pour les prochains mois et la cohorte d'effets collatéraux liés à ces procédures a venir, " Les ajustements d’effectifs ne sont pas terminés, car après le travail temporaire, les entreprises sont encore obligées d’ajuster les stocks et les effectifs à leur activité. Les échéances de la rentrée sotn difficiles, on table sur une forte progression pour l’année 2009 : + 20 % de défaillances prévues pour 2009, un niveau historiquement élevé", conclut Marie-Christine Schmidtt.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS