[L'industrie en chansons] Siffler de Gaël Faure : la possibilité d'un blues français ?

C'est une chanson visuelle. C'est un homme qui part en retraite et qui, ivre de liberté, marche en sifflant. C'est simple. C'est beau. C'est (presque) parfait.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie en chansons] Siffler de Gaël Faure : la possibilité d'un blues français ?
Partir le nez au vent, les mains dans les poches et siffler la liberté.

Attention pépite absolue. Le blues est la musique américaine par excellence et si quelques artistes français l'ont adopté, il n'a pas eu un engouement équivalent au rock ou au disco. La chanson Siffler que l'on trouve sur son troisième album qui porte le joli nom de "Regain" appartient sans conteste à ce style.

Gaël Faure, à peine trentenaire alors, se met dans la peau d'un jeune retraité qui vient de passer "son dernier jour à l'usine" et profite de la liberté, qui sorti de l'usine part sur les chemins en sifflant, s'émerveillant du monde autour de lui. "Je veux marcher, ne plus m'arrêter".

Le texte que le jeune interprète a écrit avec Thierry Samoy - la musique est du seul Gaël Faure - est très visuel, suivant le narrateur de cette chanson dans son vagabondage où il croise, un chien ou des enfants. Evidemment, le chanteur en profite pour siffler. Le rythme joliment chaloupé, les arrangements, tout y est, y compris le passage sifflé d'une musicalité envoûtante. Pour un peu, on poserait tout et on partirait bien sur les chemins.. en sifflant évidemment.

La version originale qui figure sur l'album

Une version voix et guitare

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS