L'Usine Agro

[L’industrie en chansons] Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg et l’heure de gloire du tabac français

Simon Chodorge ,

Publié le

Série d'été Chaque semaine cet été, partons à la découverte de l'industrie... avec une chanson iconique. En composant “Dieu est un fumeur de havanes”, Serge Gainsbourg parle des relations compliquées. Dans ce morceau où les notes flottent comme des nuages de fumée, le chanteur immortalise aussi son amour des Gitanes.

[L’industrie en chansons] Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg et l’heure de gloire du tabac français
Serge Gainsbourg, jamais sans sa cigarette, en 1981.
© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0

Inséparables comme Bonnie et Clyde : Serge Gainsbourg et la cigarette. Une relation qui semble impossible en 2020. Sur les plateaux de télévision et partout ailleurs, l’artiste (1928-1991) apparaissait la clope au bec. Lorsqu’il chante La Javanaise, il fait danser la sèche entre ses doigts. En entretien, Gainsbourg cultive le beau geste et ponctue ses phrases d’une bouffée ou d’un claquement de briquet. Même en déclarant sa flamme, le compositeur revient à ses addictions. “Tu n’es qu’un fumeur de Gitanes”, lui souffle Catherine Deneuve en 1980, dans un duo intitulé “Dieu est un fumeur de havanes”.

Une chanson écrite dans l’avion

Serge Gainsbourg vient d’être plaqué par Jane Birkin lorsqu’il écrit la bande originale du film “Je vous aime” de Claude Berri. Comme Michel Sardou, Gainsbourg aurait trouvé l’inspiration dans un Concorde. Depuis l’avion supersonique, l’homme à la tête de chou aurait reconnu dans les nuages autant de volutes de fumées exhalées par un Dieu porté sur les cigares cubains.

Ainsi débute la chanson : “Dieu est un fumeur de havanes / Je vois ses nuages gris / Je sais qu'il fume même la nuit / Comme moi ma chérie”. Les paroles sous-entendent déjà une pulsion auto-destructrice de Gainsbarre. Dans les années 1980, le chanteur va multiplier les provocations et les apparitions sinistres à la télévision.

Que produisent l’amour et le tabac si ce n’est le manque ? Gainsbourg ne sera pas le seul à jouer la comparaison. Dans un registre plus enjoué, Sylvie Vartan nous a offert “L’amour c’est comme une cigarette”.

Une époque prospère pour le tabac

Naturellement, la chanson de Gainsbourg évoque aussi une époque prospère pour le tabac français. À l’époque, les Gitanes sont encore produites par une entreprise publique, la Société nationale d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes (Seita). Jusqu’en 1976, la Seita va garder le monopole de la fabrication de tabac. Quand Gainsbourg et Deneuve chantent ensemble, la Seita compte 18 usines en France et 28 000 planteurs français.

Malgré cette forte empreinte industrielle, la Seita souffre déjà de la concurrence internationale en 1980. Année après année, les sites de production vont fermer leurs portes. Aujourd’hui, la marque Gitanes est détenue par le groupe anglais Imperial Brands. L’industrie française du tabac s’est presque volatilisée. En août 2019, la dernière usine française de transformation du tabac s’est arrêtée à Sarlat (Dordogne).

En 1991, Gainsbourg décède d’une crise cardiaque. La même année, la loi Évin est promulguée pour encadrer les publicités sur le tabac et interdire le tabagisme dans les lieux à usage collectif. Indirectement, le texte va aussi affecter Gainsbourg. En 2009, une affiche du film “Gainsbourg (Vie héroïque)” est censurée par la régie publicitaire de la RATP. On y voyait un Serge Gainsbourg expirer une grosse volute de fumée.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte