Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'industrie du disque dur touchée par les inondations en Thaïlande

,

Publié le

Toshiba, Western Digital et plusieurs constructeurs majeurs ont été contraints d'arrêter leurs lignes de fabrication de disques durs en Thaïlande, en proie à d’importantes inondations. Ce qui commence à inquiéter, à des degrés divers, plusieurs hébergeurs et fabricants de PC.

L'industrie du disque dur touchée par les inondations en Thaïlande © AFP

Les inondations actuelles en Thaïlande, considérées comme les plus sévères depuis 50 ans, pourraient entraîner une pénurie de disques durs à l'international et une forte augmentation des prix. Les prévisions sont alarmistes. Selon le cabinet américain iSuppli, plusieurs usines de fabrication de disques durs localisées dans ce pays - deuxième exportateur mondial de disques durs derrière la Chine -  ont été contraintes "d'interrompre provisoirement leur production."

Laquelle est loin d'être insignifiante : les usines thaïlandaise de Western Digital, premier fournisseur mondial de disques durs, assurent par exemple 60% de sa production, avec environ 37.000 salariés ; et celles de Toshiba, le quatrième producteur, sont pour moitié en charge de sa production mondiale de disques, avec 3.900 collaborateurs. Au total, ce sont, toujours selon iSuppli, 25% des usines d'assemblage de disques qui sont localisées en Thaïlande, et donc potentiellement menacées par les inondations.

Pénurie ou tensions ponctuelles ?

Les fabricants ont été les premiers à sonner l'alarme. Le 19 octobre 2011, à l'occasion de la publication de ses derniers résultats trimestriels, Western Digital a prévenu que la catastrophe naturelle aura de lourdes conséquences sur ses résultats pour les trois mois à venir, allant jusqu'à prédire qu'il faut prévoir "plusieurs trimestres" pour un retour à la normale.

Moins présent en Thaïlande, Seagate, le deuxième fabricant de disques durs, s'est quant à lui inquiété de "l'impact substantiel" que cette situation pourrait entraîner pour toute l'industrie, notamment parce que de nombreux fabricants locaux de composants ont été touchés par les flots.

En toute logique, les fabricants d'ordinateurs, gros consommateurs de disques, sont eux aussi préoccupés. On peut craindre une pénurie "globale", a dramatisé le 18 octobre Tim Cook, PDG d'Apple, lorsqu'il a présenté les résultats du groupe pour son quatrième trimestre. Quant au chinois Lenovo, l'un de ses porte-paroles a confirmé hier à l'agence Dow Jones s'attendre à des problèmes d'approvisionnement "dans un avenir proche", même s'il dit avoir "pour l'instant suffisamment de stocks pour répondre à la demande sur tous [ses] produits".

Côté hébergeurs, certains s'inquiètent aussi d'être privés des unités de stockage indispensables à leur activité. C'est le cas du roubaisien OVH, premier hébergeur européen, qui vient de confirmer des tensions d'approvisionnement, par un message de son PDG Octave Klaba. "Pour novembre, on nous livre 20% de nos commandes", indique-t-il, en soulignant qu'OVH "consomme environ 20 000 disques durs par mois." Autre problème : le redémarrage des usines en Thaïlande pourrait ne pas intervenir avant janvier 2012, d'après lui, si bien que cela pourrait avoir des conséquences sur "le stock de serveurs disponibles [en 1 heure]" chez OVH.

Mais il n'y a pas de raisons de céder à la panique ou de de se montrer alarmiste, selon Stéphan Ramoin, PDG de Gandi, autre hébergeur français connu pour ses activités d'enregistrement de noms de domaines. "Il y a des tensions, et surtout pour certains fournisseurs (Seagate) mais ce n'est pas notre habitude de dramatiser pour pousser à la vente", confie-t-il. "Pour nous, les hausses préventives constatées ces deux derniers jours ne dureront pas, et tout reviendra à la normale plus ou moins rapidement." Dell, fournisseur de Gandi, n'a pour l'heure émis aucun "signal de détresse". Si cela arrive, Stéphan Ramoin se dit prêt à réagir. "De manière mesurée."
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle