L’industrie du disque compte sur le numérique

Pour la neuvième année consécutive, le marché a reculé de 3,9%. Mais les professionnels du secteur attendent la reprise pour 2013.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’industrie du disque compte sur le numérique

C’est une première dans le bilan publié ce lundi 30 janvier par le syndicat de producteurs de disque (Snep) au Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem) qui s’achève demain. Cette année, le Snep a décidé de comprendre dans son bilan les droits voisins. Il s’agit des revenus perçus par les producteurs sur la taxe sur la copie privée ou lorsqu ‘une chanson est diffusée dans un lieu public (ou sur une radio).

Malgré cela, le marché de la musique enregistrée (ventes de CD et de DVD, téléchargement, streaming...) s'est établi à 617,2 millions d'euros en 2011, soit une baisse de 3,9%.

Si l'on inclut pas les droits voisins , les ventes ont reculé de 5,6%.

Mais l’exemple américain laisse les Français rêveurs… En effet, aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires du secteur est redevenu positif en 2011 pour la première fois depuis 14 ans. En France, le point d'inflexion est attendu pour 2013, ont indiqué à la fois le Snep et le syndicat des producteurs indépendants (UPFI) au Midem. Mais la mutation totale du secteur vers le numérique pourrait n’aboutir que dans 5 ou 10 ans.

L’essor des ventes numériques
En effet, le numérique continue son décollage. Il représente désormais 21% des ventes, et a progressé de 25,7% l'an dernier, à 110,6 millions d’euros. Dans le même temps, les ventes physiques ont baissé de 11,5% à 412,6 millions d’euros.

Les services de musique en ligne par abonnement représentent un quart du marché numérique (contre 15,5% en 2010). Et malgré une légère baisse, le téléchargement constitue toujours la plus importante source de revenus numériques.

Quant aux revenus issus du streaming financé par la publicité, ils ont bondi de 50,2%, à 13,9 millions d'euros. Mais du fait de leur faible rendement, leur part reste faible dans les revenus numériques

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS