Transports

[L'industrie c'est fou] Une fixation pour lier fauteuil roulant et trottinette électrique

Clément Le Foll , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Initiée par plusieurs étudiants ingénieurs, la start-up Omni développe une fixation pour accrocher un fauteuil roulant à une trottinette électrique. Cette solution de mobilité a maturé pendant plusieurs mois et débarque sur le marché.

[L'industrie c'est fou] Une fixation pour lier fauteuil roulant et trottinette électrique
Ce modèle est le fruit d’une cinquantaine d’itérations et d’autant de prototypes.
© Omni

Durant son adolescence, il voulait devenir cuisinier. Mais la découverte de la difficulté du secteur et ses facilités en mathématiques l’ont finalement poussé à se recentrer vers un autre cursus. A 27 ans, Noé Vinot-Kahn est désormais un ingénieur-entrepreneur, diplômé des Ponts ParisTech et cofondateur de la start-up Omni. Son concept ? Faire de la trottinette électrique en fauteuil roulant grâce à une fixation qui lie les deux objets.

Cette solution de mobilité s’initie en 2018, alors que Noé Vinot-Kahn est étudiant en 3e année à l'École des Ponts ParisTech. “Dans le cadre d’un programme commun avec la D.School, nous devions apprendre le design thinking à travers une méthode d’innovation centrée utilisateur. Notre thème était la mobilité des personnes handicapées”, se rappelle Noé Vinot-Kahn. Un sujet qui tient à coeur à ce passionné d'innovation sociale, déjà fondateur de deux entreprises dans ce secteur. Au cours de ce projet étudiant, il rencontre Mathieu, Robin et Sulivan, entrepreneurs/ingénieurs, ainsi que Charlotte, en fauteuil roulant depuis son plus jeune âge. Les cinq sont aujourd'hui les fondateurs de la start-up Omni.


Dans la peau d’une personne en fauteuil roulant

Pour développer leur étude centrée sur l’utilisateur, les jeunes ingénieurs rencontrent une cinquantaine de personnes en fauteuil roulant et recueillent leurs témoignages sur les multiples “pièges” de l’espace urbain, qui compliquent chaque déplacement : trottoirs, pavés, montées. Leurs trajets en transports en commun sont en moyenne deux fois plus longs que ceux d'une personne valide. “Ces échanges nous ont permis d'identifier leurs problèmes, mais aussi leurs envies, qui étaient d’avoir accès aux mêmes choses que nous pour briser ce stigmate quotidien du handicap, rend compte Noé Vinot-Kahn, qui a lui passé deux semaines en fauteuil roulant pour mieux cerner ces difficultés quotidiennes. "J’ai eu des douleurs physiques aux doigts, aux épaules et ça a également compliqué mes interactions sociales”, analyse-t-il avec le recul.

L’idée de la fixation

Grâce à ces expériences et retours de terrain, les contours de leur projet s'esquissent : motoriser un fauteuil roulant pour faciliter les déplacements des personnes en situation de handicap. Mais l'idée se heurte à son coût trop élevé et à un retour mitigé des utilisateurs, qui l'assimile à du paramédical. “Au même moment, les trottinettes électriques en free floating se démocratisaient. Ca a été un déclic pour nous”, se remémore Noé Vinot-Kahn.


Les entrepreneurs en herbe réfléchissent à une fixation pour accrocher un fauteuil roulant à une trottinette électrique. La mayonnaise prend et la start-up Omni est officiellement fondée à la fin de l’année 2018. Les premiers prototypes sont conçus à partir de novembre. Les mois s’accumulent à la même vitesse que les retours des utilisateurs, indispensables pour parfaire la fixation. “C’était très exploratoire. Nous ajustions parfois quelques mécanismes qui paraissaient ensuite meilleurs, mais qui n’étaient pas efficaces une fois testés. Il fallait repartir de zéro”, témoigne Noé Vinot-Kahn.

Compatible avec les trottinettes électriques privées

Le prototype final voit le jour en janvier en 2020. Il est le fruit d’une cinquantaine d’itérations et d’autant de prototypes. “Il est compatible avec la majorité des trottinettes privées du marché, mais pas avec les modèles en libre-service”, éclaircit Noé Vinot-Kahn. L’équipe d’Omni a déposé plusieurs brevets et prévoit d'industrialiser le produit pour juillet. Pour se faire, la start-up a bénéficié de 400 000 euros, financés par la fondation Safran pour l'insertion et la banque Publique d'Investissement ou issus de concours dans le handicap et de coachings et conférences données par l'équipe Omni à d'autres entreprises. Une campagne de crowdfunding devrait également être lancée prochainement.

Malgré la crise sanitaire actuelle, l’objectif est de livrer les 20 première fixations pour juillet 2020 et 400 d’ici la fin de l’année. Pour se différencier sur le marché, les entrepreneurs comptent sur le côté inclusif de leur concept, mais aussi sur son coût. Le prix de leur fixation est de 590 euros, alors qu’il faut compter 10 000 à 15 000 euros pour un fauteuil électrique et plus de 4 000 pour un système de motorisation.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte