Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[L'industrie c'est fou] Une faux-rrure Stella McCartney fabriquée avec du maïs

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Images L'astrakan et l'hermine sont passés de mode depuis quelques temps. Pour inventer l'avenir de la fourrure, la styliste anglaise Stella McCartney a révélé en septembre un manteau fabriqué à partir de polyester et... de maïs.

[L'industrie c'est fou] Une faux-rrure Stella McCartney fabriquée avec du maïs
La fausse fourrure a été conçue par l’entreprise française Ecopel en collaboration avec le chimiste américain DuPont et la styliste anglaise Stella McCartney.
© Ecopel

La Fashion Week de Paris est terminée. Nous avons lu l’avenir dans les robes et les vestes des collections printemps-été 2020. Maintenant, il faut penser aux jours froids à venir. S’habiller chaudement et rester digne dans l’exercice. Dans les coulisses des catwalks, un manteau de “fourrure” a fait forte impression sur le dos de la mannequin russe Natalia Vodianova. Signée Stella McCartney et révélée en septembre, la tenue a été réalisée sans matière animale.

Une matière noble à partir d'ingrédients synthétiques

La fausse fourrure a été conçue par l’entreprise française Ecopel en collaboration avec le chimiste américain DuPont et la styliste anglaise Stella McCartney, réputée pour son engagement pour une mode durable et sans maltraitance animale. Baptisée Koba, la matière a nécessité dix mois de développements et deux ans de discussions entre les partenaires.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Stella McCartney (@stellamccartney) le

Tandis que les abattoirs défraient la chronique, le secteur du luxe réfléchit à ses alternatives. Les élevages LVMH de crocodiles et le cuir semblent avoir encore de beaux jours devant eux. En revanche, plusieurs grandes maisons de mode se sont détournées de la fourrure à l’instar de Chanel et Versace. Peut-on inventer une matière noble et écologique à partir d’ingrédients synthétiques ? Le défi est relevé par Stella McCartney.

Qui dit fausse fourrure ne dit pas forcément écologique. La plupart des options sont réalisées à partir de polyester ou de modacrylique. Pour améliorer la qualité et l’empreinte environnementale des faux-rrures, Koba introduit 37% de fibres fabriquées grâce à des résidus d’amidon de maïs. Le reste du manteau est fabriqué grâce à du polyester recyclé. Selon les fabricants, ces matériaux représentent une économie d’énergie de 30% par rapport aux fausses fourrures classiques et une réduction des gaz à effet de serre de 63%.

Des premières commercialisations en 2020

Selon Ecopel, ce type de solutions est promis à un bel avenir dans le secteur. Fondée en 2005, l’entreprise collabore déjà avec 300 marques de mode à travers le monde avec 950 salariés et un appareil de production concentré en Chine.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Natalia Vodianova (@natasupernova) le

Les premiers produits Stella McCartney avec de la fausse fourrure Koba seront commercialisés en 2020 selon Vogue Business. En juillet, le groupe LVMH a acquis une participation minoritaire dans la maison de mode et la styliste anglaise a été nommée conseillère personnelle du PDG Bernard Arnault. À terme, la créatrice espère faire de ces solutions un nouveau standard dans l’industrie du luxe. Petit à petit, les catalogues pourraient aligner de plus en plus de textiles innovants à côté des matières nobles.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle