[L'industrie c'est fou] Une doudoune blindée inspirée du cafard pour affronter les agressions de l'hiver

Spécialiste de l'innovation dans les vêtements, Vollebak a présenté mercredi 19 novembre son nouveau produit : un manteau ultra-résistant. Il est fabriqué à partir d'un matériau omniprésent dans l'industrie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Une doudoune blindée inspirée du cafard pour affronter les agressions de l'hiver
Le manteau est tissé à partir de “dyneema”, une fibre fabriquée par l’entreprise néerlandaise DSM.

Avec le Cybertruck de Tesla, y aurait-il une mode de l’indestructible ? Mercredi 19 novembre, la marque britannique Vollebak a présenté un nouveau manteau. Ultra-robuste, le vêtement est fabriqué à partir d’un matériau utilisé d’habitude dans l’industrie pour résister à des sollicitations extrêmes.

Baptisé The Indestructible Puffer, ou “la doudoune indestructible” en français, le manteau est tissé à partir de “dyneema”, une fibre fabriquée par l’entreprise néerlandaise DSM. Il s’agit plus particulièrement d’un polyéthylène de masse molaire très élevée (UHMPE), un polymère réputé pour sa résistance à l’abrasion.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un matériau utilisé dans de nombreux secteurs industriels

Pour un poids égal, le matériau innovant revendique 15 fois plus de résistance que l’acier, au point qu'il tient bon face à la lame d'un couteau (voir vidéo ci-dessous). Aujourd’hui on retrouve le dyneema dans de nombreux secteurs de l’industrie : aérien (filets et containers utilisés dans le fret aérien), maritime (câbles d’amarrage et de remorquage), pêche, énergies renouvelables, mines… On le retrouve aussi dans le blindage des véhicules militaires mais la marque Vollebak incite à la prudence : son manteau ne pare pas les balles.

En exploitant le dyneema, le manteau résiste à des températures de -40°C. Selon l’entreprise, l’habit gagne en résistance plus il fait froid. Au lieu d’utiliser des plumes de canard pour le rembourrage, la doudoune comporte des bouteilles en plastique PET recyclées en fibres. Fabriquée en Italie et en Roumanie, le vêtement pèse 2,5 kilos, un poids relativement léger si on considère sa solidité. Il a un autre défaut : il commence à fondre à 130°C. Sur cet aspect, il ne bat donc pas le polyester.

Pour construire ce manteau extrême, les designers de Vollebak expliquent s’être inspirés de la carapace... du cafard. Le produit est commercialisé sur le site de l’entreprise pour 895 euros.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS