[L'industrie c'est fou] Une carafe électronique pour régler au demi-degré la température du vin

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Les rencontres entre l'artisanat et l'électronique sont rares mais savoureuses. En septembre, la start-up toulousaine Lacaraf a remporté un prix grâce à une carafe à décanter le vin innovante.

[L'industrie c'est fou] Une carafe électronique pour régler au demi-degré la température du vin
Débuté en 2013, le développement du produit de Lacaraf a demandé six ans.
© Lacaraf

L’électronique n’a pas fait que du bien à la sommellerie. Même dans certains restaurants étoilés, les cartes de vin numériques et les tablettes remplacent nos amis déboucheurs de bouteilles. Une start-up française pourrait nous réconcilier avec l’accord tech-vin. Le 25 septembre, au Forum de l’Electronique de Grenoble (Isère), Lacaraf a remporté le Trophée Cap’Tronic prix du public pour sa carafe de vin innovante.

Quelques degrés changent le goût

Terrorisés, nous avons recraché notre gorgée de Gewurztraminer vendanges tardives lorsque nous avons entendu parler de “carafe connectée”. Heureusement, le flacon Lacaraf ne ressemble pas vraiment à un objet connecté. Il s’agit en réalité d’un appareil permettant de rafraîchir ou réchauffer le vin en moins de quinze minutes.

À quoi bon lorsqu’on a le bon goût de posséder une cave ou, à défaut, une armoire à vin ? Soucieux de précision, Lacaraf indique que quelques degrés de différence peuvent sublimer (ou mutiler) votre jaja de prédilection. “Une touche de cuir imperceptible à 14°C devient perceptible à 13,5°C… Un nez épicé de vanille et de cannelle très expressif à 17°C va s’atténuer et laisser place aux fruits confits en bouche à 16°C”, assure sur son site le flaconnier basé à Toulouse (Haute-Garonne). Bref, une exploration des goûts par la technologie.

Six ans de développement

Débuté en 2013, le développement du produit de Lacaraf a demandé six ans. Côté technologie, la carafe peut tenir sur batterie deux à trois heures et permet de réguler la température de tous types de vin entre 6°C et 22°C avec une précision au demi-degré. Des différences subtiles mais importantes pour des grands vins selon l’entreprise. L’entreprise Occion basée à Brens (Tarn) a apporté sa collaboration pour l’intégration et l’assemblage complet des produits : hardware, tests de performance, intégration des capteurs, des composants électroniques et thermiques...

Au niveau du design, le décanteur a été fabriqué à la mai, “selon les techniques artisanales de verre soufflé”, par le Centre européen de recherches et de formation aux arts verriers (CERFAV) de Vannes-le-Châtel (Meurthe-et-Moselle), territoire influent dans le secteur discret mais ravissant de la verrerie.

Le prix de lancement discrimine quelque peu pour l’instant. Une première série de 50 carafes est commercialisée à 1 665 euros avant les fêtes de fin d’année.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte