L'Usine Agro

[L'industrie c'est fou] Un vaccin contre le Covid-19 en cours de développement... grâce à des feuilles de tabac

Hubert Mary , , , ,

Publié le

Une filiale de biotechnologie du cigarettier international britannique British American Tobacco utilise des feuilles de tabac pour tenter de mettre au point un vaccin contre le Covid-19. Des tests précliniques sont en cours de réalisation. Mais prudence, rien n'indique que ce projet sera mené à bien ou efficace.

[L'industrie c'est fou] Un vaccin contre le Covid-19 en cours de développement... avec des feuilles de tabac
Un cigarettier britannique affirme réaliser les test précliniques d'un vaccin contre le Covid-19.
© Tim Mossholder

Sommaire du dossier

La nouvelle peut faire penser à un poisson d'avril. Alors que la cigarette tue entre sept et huit millions de personnes dans le monde chaque année selon l'OMS, le remède contre l'épidémie de Covid-19 viendrait-il des feuilles de tabac ? C'est en tout cas ce qu'affirme le cigarettier britannique British American Tobacco (BAT, propriétaire entre autre de Lucky Stricke et Dunhill), dont la filiale Kentucky BioProcessing (KBP), basée aux Etats-Unis, annonce réaliser actuellement des tests précliniques (c'est à dire des expérimentations sur les animaux) d'un potentiel vaccin contre le nouveau coronavirus. Précision importante : aucune inoculation n'a eu lieu sur des êtres humains et le produit n'a reçu aucune homologation des autorités sanitaires.

Pourquoi des plants de tabac ?

D'après BAT, "les plants de tabac offrent la possibilité de mettre au point des vaccins plus rapidement et plus sûrement que les méthodes traditionnelles." En 2014, KBP avait fait la une des journaux en mettant au point un traitement contre Ebola utilisant le même procédé. Rachetée depuis par BAT, cette biotech dit être parvenue à cloner un bout de la séquence génétique du Covid-19, ce qui aurait conduit au développement d'un antigène potentiel, c'est-à-dire une molécule capable de créer une réaction immunitaire.  

KBP s'est ensuite servie des feuilles de tabac pour injecter ces anticorps afin qu'ils se multiplient. Grâce à une technologie brevetée par le centre de recherche, les plantes de tabac bénéficieraient d'une croissance accélérée, permettant d'accumuler en 6 semaines des éléments du vaccin contre des mois avec des techniques traditionnelles. Par ailleurs, les plantes de tabac auraient la particularité d'être préservés contre les agents pathogènes risquant de provoquer des maladies chez l'homme, selon la biotech.

Une fois les plants récoltés, l'antigène est ensuite purifié avant d'être testé sur des animaux.

"Le développement d'un vaccin est un travail difficile et complexe, mais nous pensons avoir fait une percée significative avec notre plateforme technologique sur les plants de tabac et nous sommes prêts à travailler avec les gouvernements et toutes les parties prenantes pour aider à gagner la guerre contre COVID-19" a déclaré dans un communiqué David O'Reilly, directeur de la recherche scientifique chez BAT.

Une annonce à prendre avec précaution

Cette communication est à considérer néanmoins avec beaucoup de prudence. L'Agence européenne de médicament (AEM), tout comme l'industrie pharmaceutique et l'Institut Pasteur tablent sur des délais beaucoup plus longs pour le développement d'un vaccin: "au moins vingt mois", nous confiait en février Christiane Gerke, directrice des programmes Vaccins et du département Innovation et développement vaccins de l’Institut Pasteur. De nombreux laboratoires pharmaceutiques, comme le français Sanofi, mobilisent eux aussi leur savoir-faire dans la course au vaccin contre Covid-19.

"BAT explore actuellement des partenariats avec des agences gouvernementales pour amener son vaccin aux études cliniques le plus rapidement possible", indique le cigarettier. Il affirme être capable de produire 1 à 3 millions de doses par semaine dés le mois de juin. Mais produire ne voudrait pas dire mettre à disposition du public. Il devrait encore mener à bien des essais cliniques, c'est à dire des tests sur l'homme, évaluer l'efficacité et le bénéfice-risque de son vaccin, puis convaincre les autorités sanitaires et les gouvernements de son utilité.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte