Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L’industrie c’est fou] Un robot pour sculpter les chars du carnaval de Nice

Esther Attias ,

Publié le

Vidéo Tous les ans depuis 1873, au mois de février, le carnaval de Nice fait défiler des chars sur lesquels trônent des sculptures de plusieurs mètres de hauteur. En 2019, pour la première fois, un artisan a utilisé un robot pour produire ces œuvres traditionnelles.

[L’industrie c’est fou] Un robot pour sculpter les chars du carnaval de Nice
Le carnaval de Nice en 2018.
© OTCN - A. Chailan

S’il garde ses sculptures bouffonnes et son atmosphère de liesse héritée des fêtes antiques, le carnaval de Nice (Alpes-Maritimes) sait aussi s’adapter à l’ère du temps.

Pour la première fois, certains artisans travaillant à la conception des chars géants et décors qui animeront la parade ont utilisé un robot pour sculpter leurs œuvres.

 

 

Appelé "Roboti", cet imposant bras blanc, articulé sur sept axes et muni de forets de différents diamètres, est capable de travailler d’immenses blocs de polystyrène en un temps record.

Ainsi de la tête du roi, figure phare du carnaval qui paradera dès le 16 février dans les rues de Nice. Selon l’artisan Pierre Povigna, qui a investi 318 000 euros dans ce robot, il faut cinq jours à la machine pour la produire… quand lui-même y consacre entre treize et quinze jours. "La machine vous la sort avec des traits nickel, avec des globes d'yeux vraiment identiques", insiste-t-il. Et ce carnavalier sait de quoi il parle : dans sa famille, il est de la quatrième génération de sculpteurs de chars.

Deux infographistes 3D à la manoeuvre

Adaptée de l’industrie aéronautique, Roboti ne fonctionne pas à l’aveugle. Deux infographistes 3D travaillent depuis 4 mois à la conception des sculptures et au pilotage de l’engin. Pour Stéphane Biava, infographiste 3D sur la machine, c’est un travail "de sculpture numérique, comme de la terre glaise, mais virtuel." Son collègue et lui modélisent les pièces sur ordinateur avant de paramétrer la machine pour qu’elle exécute, seule, le travail. Les finitions sont propres : de quoi ne laisser à l’artisan qu’un travail de retouche.

Une telle innovation a suscité l’inquiétude des artisans locaux, défenseurs d'un savoir-faire. Cette année encore, 1 800 emplois ont été créés à l’occasion du carnaval.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle