[L'industrie c'est fou] Un restaurant demande salive et urine pour mieux vous alimenter

"Un peu gluant mais appétissant." C'est la philosophie de la start-up japonaise Open Meals qui s'intéresse au futur de la restauration et plus particulièrement des sushis. En mars, au SXSW 2019, l'entreprise a annoncé l'ouverture d'un restaurant à Tokyo (Japon) pour 2020. Un établissement un peu particulier qui demandera aux clients des échantillons biologiques pour mieux répondre à leurs besoins nutritifs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Un restaurant demande salive et urine pour mieux vous alimenter
La start-up japonaise Open Meals veut ouvrir un restaurant futuriste à Tokyo (Japon) en 2020.

La start-up japonaise Open Meals a récidivé. Il y a un an, en mars 2018, elle présentait une imprimante en 3D dédiée à la cuisine. L’entreprise continue d’imaginer l’avenir de la restauration et des sushis. À l’édition 2019 du salon SXSW, elle a annoncé l’ouverture d’un établissement à Tokyo (Japon) en 2020. Baptisé Sushi Singularity, la cantine fera la part belle aux nouvelles technologies avec des sushis ultra-personnalisés.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des "échantillons biologiques" demandés aux clients

Le convive de Sushi Singularity se verra en effet servir des repas en fonction de ses besoins nutritionnels. Comment la start-up déterminera ces aspects ? C’est là que les choses deviennent intéressantes : elle demandera aux clients des “échantillons biologiques”, c’est-à-dire des extraits de fluides corporels comme la salive, l’urine voire de flore intestinale. Quelques semaines avant leur réservation, les hôtes recevront ainsi un kit avec plusieurs pipettes dont on peut facilement imaginer l’utilité.

En partenariat avec des spécialistes de la santé, Open Meals déterminera ainsi quels ingrédients peuvent améliorer votre nutrition. Le menu risque de comporter des algues et des insectes, aliments connus pour leurs bienfaits. Fini les plats partagés. Pour la start-up japonaise, le futur de la restauration se trouve dans les repas (un peu trop ?) personnalisés.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Simon Chodorge
Simon Chodorge

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS