[L'industrie c'est fou] Un masque anti-Covid créé avec... une brioche

Une entreprise japonaise a développé un masque de protection qui servirait aussi bien à lutter contre la propagation du Covid-19 qu'à soulager une petite faim. Fabriqué à partir d'un genre de pain brioché, il serait étonnamment aussi efficace que les masques traditionnels.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Un masque anti-Covid créé avec... une brioche
La société déconseille aux clients de manger leur masque s'ils l'ont utilisé à l'extérieur.

Si la France fait saliver le reste du monde avec ses croissants et ses chocolatines pains au chocolat, le Japon n'a pas à rougir de son pain melon. Mais cette spécialité boulangère à mi-chemin entre le pain brioché et le cookie, parfois aromatisé aux fruits, ne fait pas seulement le bonheur des gourmands. Depuis peu, elle est devenue une ressource redoutable dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Plusieurs étudiants de Fukuoka et d'Okinawa ont en effet eu l'idée, quelque peu saugrenue, de transformer cette brioche en masque sanitaire. Pour cela, ils ont fait appel à Goku No Kimochi, un groupe qui détient de nombreux salons de massage à travers l’archipel. Une fois le prototype mis au point, il a été évalué par un laboratoire de santé spécialisé, Untika Garmentec Research. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les chercheurs ont conclu que cette invention farfelue serait aussi efficace, « voire plus », que les masques traditionnels.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un objet convoité

Le masque de ces étudiants japonais aurait également un avantage de plus face aux N-95 ou autres FFP2 : il est complètement comestible. Sur leur site, ils précisent heureusement qu'il vaut mieux éviter de transformer cet objet en goûter après une sortie à l'extérieur, car cela augmenterait considérablement le risque de contamination. Ceux qui voudront malgré tout s'offrir ce produit devront débourser 1 800 yens (environ 13,5 euros) pour cinq unités, mais aussi s'armer de patience, car le masque melon est déjà en rupture de stock.

Depuis le début de l'épidémie, le secteur des masques a vu éclore pléthore d'innovations, pour le meilleur comme pour le pire. Si certains bricoleurs ont rapidement appris à recycler de vieux sous-vêtements, la marque Razer a pour sa part développé un masque connecté, doté d'un amplificateur audio et d'un système d'éclairage de pointe. Le luxe s'est également emparé du marché, comme le prouve l'exemple de bijoutiers israéliens qui ont conçu un masque paré d'or et de diamants pour le vendre 1,5 million de dollars.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS