[L'industrie c'est fou] Un lâcher de "bombes à graines" pour reforester le Kenya

Lancées par camion, par hélicoptère, ou par avion, ces boules noires recelant une graine à l'intérieur pourraient bien aider le Kenya, voire l'Afrique à se reverdir. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Un lâcher de
Les SeedBalls sont recouvertes de poussière de charbon pour empêcher les animaux de manger les graines, logées à l'intérieur.

Comment combattre la forte déforestation du Kenya ? Au sein de la réserve nationale de Mara, les forêts sont convoitées pour produire du charbon de bois, ou pour être converties en parcelles agricoles. Pendant près d'un siècle, la pression sur la déforestation au Kenya résultait de la construction des chemins de fer. A présent elle est issue de la pression démographique. Selon la FAO, les surfaces de forêts du Kenya ont diminué de moitié entre 1990 et 2010, représentant respectivement 12% puis 6% du territoire. Le pays cherche à ramener ce taux à 30% d’ici 2030. Les "bombes à graines" pourraient-elles l'aider à atteindre son objectif ? Ces petites boulettes noires sont larguées aux quatre vents pour reboiser le pays.

13 millions de bombes à graines disséminées depuis 2016

Issu de Nairobi, Teddy Kinyanjui est le fondateur de SeedBalls Kenya. Il produit ces "bombes", des graines enrobées dans du charbon et une capsule nutritive. Interrogé par France 24, il explique sa démarche : « Dans la nature, lorsque vous vous contentez de jeter des graines, une grande partie d’entre elles sont mangées par les souris, les oiseaux et les insectes. Nous les protégeons avec une poussière de charbon de bois, pour pouvoir les jeter, sans avoir à attendre la saison des pluies. Quand la pluie arrive, celle-ci lave les graines de cette enveloppe de charbon et la graine est prête à pousser. »

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Son procédé a été certifié par l’Institut de recherche forestière du Kenya. Le site de SeedBalls Kenya recense 13 113 000 balles-graines disséminées depuis septembre 2016 en Afrique de l'Est. Teddy Kinyanjui explique que les bombes à graines sont peu chères à produire.

Les arbres, l’abri des éléphants

La simplicité et l’efficacité de cette technologie permet de recourir ces graines sans modération : larguées d’avion ou d’hélicoptère, leur destin est assuré par cette enveloppe protectrice. Les rangers chargés de la surveillance de la réserve de Mara les utilisent pour replanter les arbres illégalement coupés. Chaque jour, ils dispersent quelques 20 000 "bombes à graines".

L’ONG Mara Elephant Project, qui défend la protection des éléphants, prend également part au projet de reforestation en semant à son tour. Les forêts constituent en effet un abri et une réserve de nourriture pour les éléphants. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, 18% des éléphants d’Afrique vivaient au Kenya en 2016. Ces petites boules de graines ne résoudront pas à elles seules le problème de la déforestation... mais apportent à leur façon leur grain de sel.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS