Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[L’industrie c’est fou] Un insecte pas comme les autres au service des avions

Nicolas Robertson ,

Publié le

Vidéo Et si la robotique nous faisait enfin aimer les insectes ? "Challenge Accepted" pour Rolls-Royce. Le constructeur de réacteurs d’avions prévoit de développer avec l’université d’Harvard une future technologie de robots "essaim" collaboratifs en forme de cafards.

[L’industrie c’est fou] Un insecte pas comme les autres au service des avions
Le constructeur de réacteurs d’avions Rolls-Royce prévoit de développer ces robots miniatures ressemblant à des cafards.
© Rolls-Royce

Vous n'aimez pas les insectes? Le constructeur Rolls-Royce ne semble pas partager cette phobie si répandue… Bien que sur le papier, on puisse le comprendre. Car ils se révèlent être petits, mignons et potentiellement très efficaces. Rolls-Royce mène ainsi un projet collaboratif de cafards robotiques avec des universitaires d’Harvard, dont l'ambition serait de réduire les coûts de maintenance des moteurs.

Comment? En augmentant l’accessibilité de ces derniers et en garantissant que la maintenance requise soit terminée le plus rapidement possible. Cette technologie ferait gagner un temps fou, assure un représentant de l’entreprise. "Si nous faisions [la maintenance, ndlr] de façon conventionnelle, cela nous prendrait cinq heures. Avec ces petits robots, qui sait, cela pourrait prendre cinq minutes." En effet, aujourd’hui encore, lorsqu'un appareil est en maintenance, les opérateurs doivent retirer directement les moteurs et les démonter pour pouvoir les inspecter.

Une technologie miniature

Chaque robot mesure environ 10 mm de diamètre. L’essaim serait déposé au centre d’un moteur par l’intermédiaire d’un robot "serpent" (décidément, nos chercheurs ont le don de choisir les animaux les plus sympathiques…) et effectuerait ensuite une inspection visuelle des zones difficiles à atteindre en rampant à travers le moteur. Ces robots transporteraient de petites caméras qui fourniraient une vidéo aux agents de maintenance pour compléter les inspections visuelles. Ils seraient aussi équipés d’un système optique de balayage 3D.

Une coordination digne d’une ruche d’abeille

Une des particularités de cette technologie est la collaboration. Effectivement chaque "cafard" travaillerait en tandem. Tandis que le premier aurait comme tâche de s’introduire dans la chambre de combustion pour effectuer un diagnostic, le second cafard spécifiquement conçu pour la réparation entrerait pour remplir sa mission. Après les opérations terminées les robots pourraient être programmés pour sortir du moteur, voire s’autodétruire à l’intérieur.

Rolls Royce n’en est néanmoins pas encore à ce stade, puisque les prototypes sont encore beaucoup trop gros. Un représentant de l’entreprise affirme que ces robots pourraient être prêts d’ici deux ans.

 

(Cafards robotiques de Rolls-Royce en action)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle