Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L'industrie c'est fou] Un étrange ballet aquatique à l'intérieur... d'une orque mécanique

Simon Chodorge ,

Publié le

Sauts dans l'eau, plongeons, accélérations... Sous la forme d'un orque, le bateau Seabreacher offre un beau spectacle visuel. Une fois de plus, le nautisme s'inspire des créatures marines.

[L'industrie c'est fou] Un étrange ballet aquatique à l'intérieur... d'une orque mécanique
Le Seabreacher est un bateau sous la forme d'un orque. Tel l'animal, il plonge et virevolte dans les embruns.
© Seabreacher

Vous avez été biberonnés à la série de films “Sauvez Willy” ? Cette attraction est faite pour vous. Depuis le 1er février, une entreprise propose d’embarquer dans un bateau en forme d’orque pour nager et plonger dans les eaux londoniennes.

L’orque motorisé peut accélérer jusqu’à 100 km/h sur la surface de l’eau et 60 km/h sous l’eau. Il est capable de plonger jusqu’à une profondeur de 1,5 à 1,8 mètres. Les marins les plus expérimentés arrivent à rester une minute ainsi sous l’eau.

Le Seabreacher mesure 5 mètres pour 650 kilos

Si Predator Adventures distribue l’attraction au Royaume-Uni, l’engin baptisé Seabreacher est fabriqué aux Etats-Unis par Innespace Productions. L’entreprise californienne a été créée en 1997 et s’est spécialisée dans les bateaux submersibles. Leurs engins sont principalement utilisés lors d’événements, de programmes télévisés et pour des publicités.

Le modèle opéré par Predator Adventures, le Seabreacher Y est équipé d’un moteur Rotax de 260 CV. Le verre de la cabine en verre acrylique serait emprunté aux avions militaires F-16, selon Predator Adventures. Le bateau est également équipé de pompes de cale automatique pour évacuer d’éventuelles fuites. La créature marine artificielle mesure 5 mètres de long pour quelque 650 kilos.

Le prix d’un modèle de Seabreacher varie entre 80 000 et 100 000 dollars. Tel Willy, l’orque évadé de son parc aquatique, le Seabreacher peut aussi rejoindre les eaux salées. Espèces menacées ou rares à contempler, les cétacés n’ont pas fini d’inspirer le nautisme.

 

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus