[L'industrie c'est fou] Quand la bière sert à faire... des meubles

La bière présente de nombreuses vertus, avant même d'être bue. Grâce aux résidus des brasseries, un ébéniste du nord de la France a élaboré un procédé industriel permettant de créer de la matière première pour ses meubles !

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Quand la bière sert à faire... des meubles

Instead est un atelier d’ébéniste situé à Saint-Quentin (Aisne) spécialisé dans la production de tabourets. Pour se fournir en matière première, son fondateur Franck Grossel ne se rend pas dans une scierie. Il préfère aller à la brasserie.

La drèche, matière première sous-utilisée

La brasserie d’Olt a noué un partenariat avec Instead pour lui fournir des monticules de drèches. La drèche ? C’est le résidu de malt et de céréales issu du brassage de la bière. Chaque année plusieurs millions de tonnes sont produites en Europe. Cette matière est habituellement réutilisée comme nourriture pour les animaux mais une grande quantité n’est pas valorisée et embarrasse les brasseurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ci-dessus, des résidus de drèches séchées. Crédit photo : Instead.

Or, cette matière représente une manne pour notre ébéniste. Franck Grossel la fait sécher par une entreprise et la transforme en meuble. Sur une publication Instagram de 2020, Instead écrivait : « En 2021, nous serons capables de produire plus de 100 tabourets par jour, soit 200 Kg de drêche sèche ou encore 2200 litres de bière. »

Trophée de la bioéconomie en 2020

Au final, les tabourets issus de ce procédé sont composés à 98% de matière naturelle. Les 2% manquants représentent la colle. Instead travaille également en collaboration avec son partenaire industriel ITA Moulding Process, spécialisé dans le moulage de particules de bois. Sauf que le bois est ici remplacé par la drèche. L’ensemble de la conception a nécessité deux ans de recherche et développement. Un effort payant : en 2020, l’entreprise a remporté le Trophée de la bioéconomie, un prix décerné par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Un tabouret Instead, réalisé à partir de drèche. Crédit photo : Instead.

Instead décline l’utilisation de la drèche en deux autres produits avec la production d’horloges et de sous-bocks. Comptez 189€ pour l’acquisition d’un tabouret Instead pour une livraison en septembre 2021, 89€ pour une horloge et 20€ pour quatre sous-bocks.

A LIRE AUSSI

Depuis quelques années, les initiatives de récupération de cette matière se multiplient et vont au-delà de l’ameublement. Les entreprises Ramen tes drêches ou Happy drèche reconvertissent ce déchet des brasseries en produits alimentaires, comme des nouilles !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS