[L'industrie c’est fou] Quand Airbus fabrique des meubles… avec des pièces d’avions

Deux cadres d’Airbus se sont lancés dans la conception de meubles à partir d’anciens morceaux d’avions. De quoi permettre de réutiliser entre 5 et 10 avions dès cette année.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c’est fou] Quand Airbus fabrique des meubles… avec des pièces d’avions
Prenez place dans un nez d'avion ! Ce siège, issu d’un radôme d’A350, est composé de matériaux composites, de bois, de béton et d’un tissu confectionné sur mesure.

Pourquoi ne pas prendre un verre autour de cette petite table basse réalisée avec un hublot d’avion ?

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Simple mais efficace, cette table basse issue d’un hublot peut facilement intégrer un intérieur de maison. (photo Airbus)

On savait Airbus expert en assemblage d’avions, il se découvre spécialiste de l’apéro-nautique. Et le catalogue ne s’arrête pas là : coiffeuse connectée avec hublot d’A320, luminaires en bielles, chaise en nervure d’aile, lampe en radôme… Ce sont au total une vingtaine de pièces originales qui ont été présentées mercredi 27 mars, à Toulouse, par l’avionneur européen avec pour point commun d’être issues d’anciennes pièces d’avions.

Cette coiffeuse a été réalisée à partir d’un hublot d’A320. Et ce n’est pas tout, car il s’agit d’une coiffeuse connectée, capable de fournir des infos sur la météo.

Airbus en fabricant de meubles, il fallait y penser. Ce sont deux salariés qui ont lancé l’initiative : ils ont créé la start-up "A Piece of Sky", au sein de l’incubateur maison Bizlab, pour développer leur activité, encore artisanale. Avec pour idée force de mettre en œuvre le concept d’"upcycling", ou "surcyclage", visant à récupérer des matériaux pur en faire des produits hauts de gamme. "Cette démarche avant tout artistique est aussi une manière intelligente de revaloriser le patrimoine industriel d’Airbus et de s’inscrire dans une démarche d’économie circulaire, indispensable aujourd’hui", font savoir les responsables du projet dans leur dossier de presse.

Étonnante cette chaise qui a pour dossier une nervure d’aile. À cette structure disymétrique, a été ajouté un bois rare, l’ormeau pour le reste de l’assise.

Pour maximiser les chances de succès, une équipe de 11 designers et d’artisans a été constituée. Et une campagne de recrutements a été lancée pour mettre la main sur de nouveau talents. Car pour artistique qu’elle soit, l’initiative ne manque pas d’ambitions. Si certaines pièces sont uniques, d’autres sont réalisables en série.

En cas de succès, ce projet pourrait permettre de réutiliser entre 5 et 10 avions en 2019, soit 2000 pièces, pour une livraison prévue en janvier 2020. Et avec 12 000 avions qui vont être mis sur le banc de touche dans les vingt prochaines années, la source n’est pas près de se tarir. Pour ceux qui voudraient passer commandes – chez AirPuces ? – et débourser quelques centaines voire quelques milliers d’euros, le site de vente en ligne sera opérationnel dès la mi-avril.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS