[L'industrie c'est fou] Les robots les plus nuls s'affrontent dans des compétitions impitoyables

Les joutes de robots high tech, c'est bien... mais à l'Industrie c'est fou, on préfère les compétitions de robots dégingandés, mal fagotés et inutiles jusqu'à l'absurde.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Les robots les plus nuls s'affrontent dans des compétitions impitoyables
Entre le monstre de Frankenstein et le cadeau de boîte de céréales, les robots de l’Hebocon déploient des petits trésors d’imagination.

On n’arrête pas le progrès, pensait-on. D’un duel entre deux robots géants aux robots sumo, les combats mécaniques semblaient ne plus avoir de limite. Un déchaînement de puissance et de technologie qui peut faire redouter une dictature des machines. Heureusement, une initiative ramène la robotique à la modestie : Hebocon, une compétition bienveillante des robots les plus nuls.

C’est le japonais Daiju Ishikawa qui est à l’origine de ce projet régressif : un championnat de robots destiné aux personnes n’ayant aucune compétence technique. En-dessous des robots d’amateurs éclairés, il y a encore les créations de l’Hebocon. Des automates faits de carton, de ficelles et de restes de jouets. Entre le monstre de Frankenstein et le cadeau de boîte de céréales, les robots de l’Hebocon déploient des petits trésors d’imagination et d’absurdité.

En novembre 2017, un Hebocon organisé à Athènes, en Grèce a organisé l’un de ces combats très spécial. Une vidéo publiée le 10 avril donne à voir les modèles en compétition. Parmi eux, nous retrouvons Duck the dancer, Girlander ou bien Buttmobile. Des noms inspirés que nous pourrions traduire par Canard le danseur, Guirlandeur ou encore Fessemobile.

L'objectif d'une compétition en marge des Jeux olympiques de Tokyo

Au Japon, l’événement est un peu plus important. Un championnat s’est tenu en août 2016 avec 22 équipes japonaises et dix équipes de pays étrangers. Le prochain objectif pour le fondateur de l’initiative : organiser une compétition au moment des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

L’événement a de quoi rappeler les machines dites “de Rube Goldberg”, inspirées d’un humoriste américain du XXème siècle, qui permettent d’accomplir des choses simples de façon assez complexe. Sur YouTube, des chaînes entières sont dédiées à cet art très dadaïste.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS