[L'industrie c'est fou] Les couleuvres obscures, élément naturel de mesure de la radioactivité à Fukushima

Habitantes des zones désertées de Fukushima, les couleuvres obscures permettent aux scientifiques de mesurer les niveaux de radioactivité, dix ans après la catastrophe de la centrale nucléaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Les couleuvres obscures, élément naturel de mesure de la radioactivité à Fukushima
L'équipe de l'université de Géorgie a équipé neuf couleuvres pour mesurer la radioactivité près de la centrale de Fukushima.

« Tu seras maudit et marcheras sur ton ventre toute ta vie », peut-on lire dans un passage biblique sur la malédiction divine faite aux serpents. Pourtant, c’est précisément le contact direct avec le sol de ces reptiles qui intéresse des scientifiques pour mesurer les niveaux de radioactivité. Dix ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, les serpents aident à cartographier les lieux en fonction des taux de contamination.

Les couleuvres obscures, cobayes des scientifiques

Des chercheurs de l’Université de Géorgie ont sollicité des couleuvres obscures, une espèce de la région de Fukushima ayant la particularité de se déplacer sur une très courte distance : seulement 65 mètres par an ! En évoluant sur un périmètre restreint, ces couleuvres donnent un aperçu fidèle des niveaux de contamination sur un endroit précis. Environ 80 % de la radioactivité qu’elles accumulent provient du contact direct avec le sol, les arbres et les plantes et 20 % des proies contaminées qu’elles ingurgitent.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une couleuvre obscure. Crédit : Université de Géorgie.

Neuf couleuvres obscures ont été étudiées. Elles ont été équipées d’un capteur GPS et d’un dosimètre pour mesurer la radioactivité. Les résultats de l’étude, menée pendant un mois sur ces serpents, ont été publiés dans la revue zoologique Ichthyology & Herpetology en juillet 2021. « Parce que les serpents ne bougent pas beaucoup et qu'ils passent leur temps dans une zone locale particulière, le niveau de rayonnement et de contaminants dans l'environnement est reflété par le niveau de contaminants dans le serpent lui-même », explique Hannah Gerke, auteure principale de l'étude.

Les résultats de l’étude

L’étude a révélé que les serpents vivant dans la zone d’exclusion de Fukushima présentaient des niveaux de césium 22 fois supérieurs à ceux vivant en dehors de cette zone. Le césium 134 et le césium 137 sont des éléments radioactifs qui ont la particularité d’être présents dans le sol et donc de contaminer les serpents. Les scientifiques ont également constaté de fortes variations de niveaux de rayonnement, notamment entre des endroits proches. Les serpents de l’étude avaient été lâchés à 24 kilomètres de la centrale nucléaire.

Un point rassurant : les scientifiques ont constaté une baisse du niveau de radioactivité par rapport au taux recensé après l’accident. Cette baisse s’explique notamment par la désintégration naturelle des éléments radioactifs au cours du temps. Pour rappel, la catastrophe de Fukushima, provoquée par un séisme de magnitude 9,1, avait obligé 150 000 personnes à fuir la ville en 2011.

0 Commentaire

[L'industrie c'est fou] Les couleuvres obscures, élément naturel de mesure de la radioactivité à Fukushima

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS