International

[L’industrie c’est fou] Le casque des Poilus surprend les scientifiques d’aujourd’hui par sa résistance

Simon Chodorge , ,

Publié le

Le casque Adrian de la guerre 14-18 ne serait pas complètement archaïque. Face aux ondes de choc, il serait plus résistant qu'un casque américain moderne selon une étude d'ingénieurs américains parue le 13 février.

[L’industrie c’est fou] Le casque des Poilus surprend les scientifiques d’aujourd’hui par sa résistance
Des chercheurs américains ont simulé des ondes de choc sur plusieurs casques pour tester leur résistance.
© Duke University

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs confitures. Et si le dicton fonctionnait aussi pour le matériel militaire ? Une équipe de chercheurs américains a eu l’idée de comparer les performances d’un casque moderne avec celles de plusieurs casques datant de la Première Guerre mondiale. Les résultats de leur étude ont été publiés le 13 février dans le journal scientifique PLOS One. Surprise : le couvre-chef français se distingue.

Le casque utilisé par les soldats français de la Grande Guerre est plus connu sous le nom de “casque Adrian”. Il avait été développé dans l’urgence pour protéger des troupes françaises qui ne portaient qu’un képi au début du conflit. A partir de 1915, des millions de casques de ce type vont être distribués dans les tranchées. Les usines Japy Frères de Paris et Beaucourt (Territoire de Belfort) ont été les premières à le produire.

Souffles d’explosion simulés

Célèbre chez les collectionneurs, le casque Adrian surpasserait-il un casque utilisé depuis les années 2000 dans l’armée américaine (l’Advanced Combat Helmet) ? Face aux balles et aux impacts, Adrian ne fait pas le poids selon les ingénieurs du département de génie biomédical de la Duke University. En revanche, il serait plus résistant en ce qui concerne les ondes de choc que pouvaient produire les pièces d’artillerie allemande en explosant.

Les chercheurs américains ont simulé ces souffles d’explosion sur des mannequins équipés de capteurs et coiffés de différents casques. Lors de ces tests, le casque Adrian s’est montré le plus résistant, tandis que l’Advanced Combat Helmet arrivait deuxième devant d’autres casques de la Première guerre mondiale.

Le secret du casque Adrian ? Son arête centrale

Les Français et les Allemands utilisaient pourtant des matériaux similaires pour fabriquer leurs casques lors de la Première Guerre mondiale. Comment expliquer la performance du casque Adrian ? “L'arête au centre du casque français a été conçue pour dévier les éclats d'obus, mais pourrait également avoir contribué à dévier l'onde de choc, permettant au casque de surpasser même les casques de combat modernes”, explique dans un communiqué la Duke University.

Sur les autres endroits du casque sans l’arête, le casque français était aussi vulnérable que ses homologues de la guerre 14-18. La résistance du casque américain moderne s’expliquerait quant à elle par la multitude de couches et de matériaux qui absorbent les ondes de chocs.

Ces enseignements ne sont pas anodins selon les chercheurs : les soldats contemporains sont souvent blessés à cause des explosions et les ondes de choc peuvent entraîner des traumas crâniens et/ou des saignements. Selon les ingénieurs, ces découvertes pourraient aider à concevoir des casques plus sûrs en variant le choix des matériaux ou en altérant leur géométrie.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte