Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[L’industrie c’est fou] La NASA maltraite ses mannequins mais c’est pour la science

Simon Chodorge , , ,

Publié le

La NASA a publié le 5 avril une vidéo dans laquelle elle dévoile les coulisses des tests de ses appareils. Pour s'assurer de leur sûreté et améliorer leur résistance, l'agence spatiale américaine utilise des mannequins d'essai de choc. Des faux passagers auxquels elle fait subir les pires scénarios.

[L’industrie c’est fou] La NASA maltraite ses mannequins mais c’est pour la science
Les mannequins d’essai de choc de la NASA ont la vie dure mais ce n’est pas de la maltraitance, c’est de la science.
© NASA

Ils sont secoués, lâchés dans l’eau ou emprisonnés dans des avions destinés au crash. Les mannequins d’essai de choc de la NASA ont la vie dure mais ce n’est pas de la maltraitance, c’est de la science. Derrière tous ces sévices se cache un noble combat : faire des engins aéronautiques des moyens de locomotion plus sûrs pour les humains.

En Virginie, aux Etats-Unis, le centre de recherche de Langley de la NASA est spécialisé dans l’aérodynamisme et la sûreté des avions et des vaisseaux spatiaux. Pour bâtir des appareils de plus en plus résistants, les ingénieurs de l’agence spatiale américaine mettent en scène des crashs, des mouvements brusques ou des amerrissages. Les mannequins doivent affronter les pires scénarios imaginables. Une phase de recherche visible dans une vidéo publiée le 5 avril.

La NASA ne se contente pas de reproduire des avions ou des capsules spatiales. Elle fabrique aussi des passagers. Ces faux pilotes, appelés mannequins d’essai de choc, sont équipés de capteurs qui permettent de visualiser leur résistance aux chocs. Pour plus de précision, ils sont habillés et dotés de bagages. Les dégradations causées par ces objets lors des impacts sont également importantes. Toutes ces données sont ensuite exploitées pour construire des appareils plus résistants.

 

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle