[L'industrie c'est fou] La Nasa envoie des calamars et des tardigrades dans l'espace

Près de 5 000 tardigrades et 128 calamars ont quitté la Terre le 3 juin pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'un vaisseau SpaceX. Dans le cadre de plusieurs expériences, les astronautes observeront notamment comment leur organisme réagit à l'environnement spatial et à l'absence de gravité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] La Nasa envoie des calamars et des tardigrades dans l'espace
Les petits calamars serviront notamment à étudier la réaction des microbes dans l'espace.

Oubliez la chienne Laïka et la chatte Félicette, les derniers animaux à avoir été envoyés dans l'espace sont bien moins câlins. Dans un communiqué, la NASA a révélé que la navette SpaceX ayant décollé le 3 juin pour assurer le 22e ravitaillement de la Station spatiale internationale contenait, entre autres, 128 calamars et 5 000 tardigrades.

Les céphalopodes, qui appartiennent à l'espèce Euprymna scolopes, ne mesurent pas plus de quatre centimètres de long. Ils ont notamment été choisis pour leur capacité à briller dans le noir grâce à un organe qui réagit à un type spécifique de bactérie. L'objectif de l'expérience sera de mieux comprendre les effets de l’espace et de l'absence de gravité sur les interactions entre les animaux et les microbes. « Les animaux, y compris les humains, dépendent des microbes pour maintenir un système digestif et immunitaire sain », souligne le communiqué. L'étude pourrait ainsi engendrer des applications concrètes, destinées aussi bien aux astronautes qu'à l'ensemble de la population.

Résister aux environnements hostiles

La NASA espère aussi percer le secret des tardigrades, ces invertébrés microscopiques qui vivent habituellement en milieu aquatique. Il faut dire que la résistance de ces bestioles impressionne : elles sont capables de survivre à des températures comprises entre - 272 et 150 degrés et à des niveaux de pression jusqu'à six fois plus importants que ceux relevés dans la partie la plus profonde des océans. Elles peuvent également jeûner pendant 30 ans et supporter les radiations et le vide de l'espace.

« Nous cherchons à déterminer si nous pouvons apprendre quelque chose sur les astuces que les tardigrades utilisent pour survivre dans des conditions aussi extrêmes et les adapter pour protéger les astronautes », explique l'un des chercheurs de la NASA. Contrairement aux calamars, ce n'était cependant pas la première fois qu'ils quittaient la Terre, plusieurs expériences similaires ont été organisées depuis 2007. En 2019, des tardigrades se sont d'ailleurs écrasés sur la Lune après l'échec d'une mission spatiale israélienne et certains chercheurs soutiennent... qu'ils pourraient toujours être en vie.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS