L'Usine Agro

[L'industrie c'est fou] L'urine humaine, une ressource insoupçonnée pour l'agriculture

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Hip pipi hourra ! La start-up française Toopi Organics a trouvé une solution pour valoriser l'urine humaine : la transformer en biofertilisant.

[L'industrie c'est fou] L'urine humaine, une ressource insoupçonnée pour l'agriculture
"Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or", écrivait Charles Baudelaire.
© Toopi Organics

Nous ne parlons pas assez d’urine. Relégué au (petit) coin, le sujet répugne quand il n’est pas oublié. L’urine humaine manque de valorisation et il s’agit d’un gâchis monumental alors que l’écologie devient un besoin pressant. À contre-courant, deux entrepreneurs français ont fondé en février Toopi Organics, une start-up spécialisée dans le recyclage de l’urine humaine.

Basée à la pépinière d’entreprises de Langon (Gironde), Toopi Organics est né grâce à trois entrepreneurs : le loueur de toilettes sèches Mathieu Préel, Pierre Huguier qui détient un doctorat en écotoxicologie et Michael Roes, un entrepreneur spécialisé dans les start-up des biotechnologies. Leur objectif ? Récupérer l’urine humaine pour la transformer en biofertilisant 100% bio.

30 milliards de litres d'urine humaine par an en France

Leur entreprise part d’un constat simple : chaque année en France, 30 milliards de litres d’urine sont générés et ceux-ci souillent 200 milliards de litres d’eau potable. Or, ce mode d’élimination pose des problèmes dans les stations d’épuration et dans l’environnement avec le développement d’algues et la féminisation des poissons à cause de la teneur en azote de l’urine et des micro-polluants qu’elle contient.

L’inquiétude devant ce gaspillage ne date pas d’hier. Dans Les Misérables, Victor Hugo consacrait déjà un chapitre entier aux égouts de Paris et à ses richesses insoupçonnées, formidable métaphore des laissés-pour-compte que la société évacue. D’autres entreprises se sont aussi penchées sur le thème avant Toopi Organics. En 2015, le brasseur danois Norrebro Bryghus avait récupéré l’urine de spectateurs lors d’un festival de musique pour fertiliser ses champs d'orge et fournir la matière première pour de nouvelles bouteilles de bière.

Toopi Organics vise une autorisation en 2020

“L’urine humaine a un potentiel de fertilisation avéré en agriculture, au même titre que les urines animales qui sont déjà utilisées par les exploitants. L’urine est riche en azote, phosphore et potassium, soit le triptyque NPK essentiel pour la fertilisation des sols et des cultures”, fait valoir l’entreprise. Selon elle leur fertilisant biologique s’est montré plus efficace que les engrais chimiques traditionnels jusqu’à +110% lors de tests.

À terme, Toopi Organics souhaite récupérer de l’urine humaine dans les festivals, les laboratoires d’analyses et les collectivités pour la transformer et la proposer à des coopératives agricoles et des fabricants d’engrais bio. Toopi Organics souhaite obtenir une autorisation de mise sur le marché en 2020 et collecter 4 millions de litres d’urine humaine dès 2020. L’entreprise recueille des financements pour créer une première usine de transformation d’urine en Gironde.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/10/2019 - 10h10 -

Bonjour. L'idée de revaloriser l'urine est bien. Mais vous ne pouvez pas utiliser l'appellation 'bio'. Qui prouve que les personnes qui ont urinés n'ont pas pris de traitements medicaux. Et de ce fait, il y a trace de résidus dans les urines. Voir les reglementations agriculture bio. Bien cordialement. Bon succès aux développement du produit
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte