International

[L'industrie c'est fou] L'Agence spatiale européenne vous met au lit pour la science

Rémi Amalvy , , ,

Publié le

Images Pour simuler les conditions de vie des astronautes et comprendre l'effet de l'apesanteur sur leurs corps, l'Agence spatiale européenne et plusieurs instituts français, allemands et slovènes vont mener plusieurs expériences. Les participants devront rester au lit sur de longues périodes.

[L'industrie c'est fou] L'Agence spatiale européenne vous met au lit pour la science
Différentes expériences sont envisagées.
© ESA

Qui n'a jamais rêvé de rester au lit toute la journée ? L'Agence spatiale européenne, en tout cas, prend cette préoccupation très à cœur. En collaboration avec plusieurs instituts européens, elle développe un programme d’alitement qui permettra aux chercheurs d’étudier la manière dont un corps humain réagit à la vie dans l’espace. Les participants sont invités à, littéralement, ne pas quitter leurs lits pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

En apesanteur, le corps d'un astronaute perd en masse musculaire et densité osseuse. Ses différents fluides internes ont également tendance à migrer vers le cerveau…bref, il n'est pas (encore ?) conçu pour l'espace. Comme y envoyer des personnes dans le seul but d'observer les effets du manque de gravité s'avérerait trop coûteux, l'ESA a décidé de simuler sur terre les conditions d'un vol habité.

À l'horizontal et sous gravité artificielle

Les volontaires sont maintenus allongés avec la tête légèrement plus basse que les pieds (une position 6° en dessous de l'horizontale). Au moins une de leurs épaules doit toucher le lit en permanence, y compris pendant les repas et la toilette. Des tests en hypoxie (faible niveau d'oxygène), situation probable lors d'un vol spatial, sont également effectués.

Situés en France (à Toulouse), en Allemagne et en Slovénie, tous les sites où se déroulent les expérimentations disposent de centrifugeuses, qui créent une gravité artificielle. "Notre objectif est de tester de manière définitive les mesures qui réduisent les effets indésirables de la vie en apesanteur", explique dans un communiqué Angelique Van Ombergen, coordinatrice scientifique pour la recherche sur les sujets humains à l’ESA. La gravité artificielle est envisagée comme une solution pour l'atténuation de ces effets.

Les premières expérimentations, qui comprendront des groupes soumis à une gravité artificielle et à différents exercices, doivent commencer au cours des deux prochaines années.

Plusieurs jours dans des lits à eau

L'ESA va également mener une autre étude, dite d' "immersion sèche". Concrètement, le volontaire est installé sur un lit rempli d'eau, dont la surface est imperméabilisée. En l'absence de support, l'appui est réparti de manière égale sur toute la surface du corps. Une situation similaire à l'apesanteur que subissent les astronautes à bord de la Station spatiale internationale.

Pour cette première expérience, vingt femmes seront placées dans des lits de ce type et y resteront chacune pendant cinq jours.  "Nous voulons mener notre premier protocole d’expérimentation sur un panel de volontaires exclusivement féminin car il n'existe presque aucune donnée concernant les femmes", explique dans le même communiqué Jennifer Ngo-Anh, qui dirige l’équipe SciSpace à l’ESA. "Nous ne ferons pas d’expériences spécifiques lors de cette première série, mais nous allons collecter des données pour mieux comprendre le modèle d’immersion sèche et la manière dont les femmes y réagissent, afin d’étudier son intérêt dans le cadre de futures études approfondies."

Les appels à volontaires auraient rencontré un franc succès selon l'ESA. Mais ces expériences "n’ont rien de drôle. Le plaisir de rester couché s’estompe très rapidement, surtout quand il faut se soumettre à des prises de sang et à des biopsies musculaires. Nous ne cessons de saluer les volontaires qui sacrifient leur vie quotidienne au bénéfice de l’exploration humaine", ajoute Jennifer Ngo-Anh. Si vous voulez rester au lit tout en contribuant aux progrès de la science, vous savez désormais où aller !

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte