[L’industrie c’est fou] Deux designers français veulent recycler les chewing-gums en roues de skateboards

Micro-mobilité et recyclage s’entremêlent dans ce projet innovant. Deux étudiants français ont imaginé une roue de skate fabriquée à partir de chewing-gum usé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L’industrie c’est fou] Deux designers français veulent recycler les chewing-gums en roues de skateboards
Dans ce concept de roue, le chewing-gum collant se transforme en accessoire de glisse.

La transition écologique se joue aussi dans les skateparks. Dans le cadre de leurs études, deux élèves de l'École de design Nantes Atlantique (Loire-Atlantique) ont dévoilé un concept innovant de roues pour planches à roulettes. Pour permettre une glisse plus durable, les designers souhaitent recycler un matériau disponible en grande quantité dans la rue : les chewing-gums usés.

« Un déchet planétaire qui touche toutes les villes »

Selon les professionnels du secteur, un chewing-gum jeté dans la nature met cinq ans à se décomposer. Vous avez peut-être déjà remarqué les tâches blanches qui constellent certains trottoirs. Ce sont autant de pâtes à mâcher qui ont échappé au cycle de collecte. «Travailler sur la valorisation des chewing-gums avait du sens : c’est un déchet planétaire qui touche toutes les villes du monde et coûte des milliers d’euros chaque année aux municipalités pour l’entretien des espaces urbains», explique Hugo Maupetit qui a conçu le projet avec Vivian Fischer, sur le site de l'École de design Nantes Atlantique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les étudiants ont installé une plaque dans les rues de Nantes pour collecter les chewing-gums. Il suffit ensuite de broyer la plaque en plastique PMMA avec la gomme pour obtenir le matériau de base des roues. Selon le site Dezeen, une roue nécessitait entre 10 et 30 chewing-gums lors de tests de production.

(Le cycle de production imaginé par les deux étudiants. Crédits : Hugo Maupetit & Vivian Fischer)

Dans leur concept, les étudiants imaginent une collaboration entre la marque américaine Vans et le confiseur Mentos (propriété du groupe italien Perfetti Van Melle). Le projet n’est donc pas encore commercialisé mais il a bénéficié d’une certaine notoriété sur les sites de design. « Bien qu’on ait eu que 13/20 au projet final, le concept a l’air de plaire », a remarqué Hugo Maupetit sur son compte Instagram.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS