[L'industrie c'est fou] Des designers brésiliens inventent un "cuir" vegan à base de feuilles

Retrouver les sensations du cuir sans utiliser de peaux animales : c'est l'objectif de nombreuses entreprises à la recherche de matières et de textiles innovants. En mai, le studio de design brésilien Furf a présenté un "cuir" vegan fabriqué à partir de feuilles de plantes tropicales.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Des designers brésiliens inventent un
Basés au Brésil, les créateurs de Furf ont passé cinq ans à concevoir cette nouvelle matière baptisée Outono (automne en portugais).

Un cuir sans exploitation animale est-il possible ? Pour la filière française de la tannerie, c’est un abus de langage. De nombreuses entreprises essayent tout de même de retrouver la texture et la solidité du cuir sans utiliser de peaux. Elles utilisent des fibres végétales, des champignons ou des matières synthétiques. En mai, le studio de design Furf a présenté son innovation : un cuir à base de feuilles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

(Crédit photos : Ricardo Perini / Furf Design Studio)

Des feuilles de plante tropical

Basés au Brésil, les créateurs de Furf ont passé cinq ans à concevoir cette nouvelle matière baptisée Outono (automne en portugais). Elle utilise des feuilles de colocasia, une plante des régions tropicales qui a l’avantage de produire des feuilles grandes et persistantes.

Les plantes seraient prélevées dans des zones gérées de façon durable, en lien avec des fermes de reforestation dans l'État de Rio de Janeiro. Le projet a été élaboré avec le tanneur brésilien Nova Kaeru qui a également imaginé un cuir de pirarucu, le plus gros poisson d'eau douce d'Amérique du Sud.

L’avantage de ce “cuir” ? Sa faible empreinte carbone, étant donné qu’il n’utilise pas de matière animale et que le processus de fabrication est compensé par la plantation de plantes. D’un point de vue purement esthétique, il conserve joliment l’aspect des feuilles de colocasia mais on peut s'interroger sur la résistance de la matière. Le cuir a été monté sur des tabourets en acier recyclé de manière à créer un produit hybride “entre l’industriel et l’artisanal”.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS