International

[L’industrie c’est fou] Des chercheurs déplument des pigeons pour faire voler des drones

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Vidéo Une équipe d'ingénieurs de l'université de Stanford (États-Unis) a présenté le 16 janvier un drone d'un genre nouveau. Fabriqué avec de véritables plumes de pigeons, le robot volant a été testé en vol. 

[L’industrie c’est fou] Des chercheurs déplument des pigeons pour faire voler des drones © IEE Spectrum / YouTube

La robotique va-t-elle faire renaître les pigeons voyageurs ? Jeudi 16 janvier, plusieurs chercheurs de l’université de Stanford (Californie, États-Unis) ont présenté le fruit de leur travail dans la revue Science Robotics : un petit robot volant téléguidé et doté de plumes. Une vision des drones assez originale, quelque part entre l’aéronautique et la taxidermie.

L'aéronautique s'inspire des oiseaux

L’industrie aéronautique s’est naturellement beaucoup inspirée des oiseaux, pour le meilleur et pour le pire. Franz Reichelt est devenu tristement célèbre, en 1912, pour son saut (raté et mortel) du premier étage de la tour Eiffel. Plus récemment, Airbus a révélé un avion hybride inspiré des faucons tandis que la NASA étudie des ailes capables de se déformer.

Ici, les chercheurs américains ont examiné des cadavres de pigeons pour étudier la mécanique derrière leur plumage : comment les gracieuses colombes changent-elles la forme de leurs ailes en plein air ? Les ingénieurs ont découvert que cette forme n’est pas liée aux muscles de l’animal mais plus simplement aux mouvements du “poignet” et des “doigts” du pigeon. Ils ont également conclu que les plumes adjacentes du pigeon se collent les unes aux autres face aux rafales pour continuer à glisser sur le vent.

Un design aux multiples avantages

Les ingénieurs de Stanford ont fabriqué leur propre drone en essayant de reproduire ces mécanismes. Pour ce faire, ils ont utilisé 40 plumes récupérées sur des pigeons, liées avec des élastiques, du papier cartonné et des servomoteurs. Une vidéo de IEE Spectrum permet de contempler l’appareil en vol, baptisé PigeonBot.

Un tel design pourrait avoir de multiples avantages pour les drones. Les ailes seraient d’abord plus résistantes aux crash et plus facilement réparables. Des versions plus abouties permettraient un meilleur camouflage pour des drones de surveillance ou de reconnaissance. Enfin, si les drones étaient amenés à se développer dans les villes, ce type de structure légère présenterait moins de risques pour les humains.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte