[L'industrie c'est fou] Démontable, le voilier français Reverso tient dans le coffre d'une voiture

Un entrepreneur breton, passionné de course au large et ancien pilote d'avion, a développé un dériveur démontable, et transportable dans le coffre d'une voiture. 200 exemplaires du Reverso ont déjà rejoint leurs propriétaires dans 26 pays. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Démontable, le voilier français Reverso tient dans le coffre d'une voiture
Le voilier Reverso peut se plier pour entrer dans le coffre d'une voiture.

Les propriétaires de bateaux le savent. C'est un moyen de transport qui requiert de la place et, à chaque sortie en mer, de l'organisation. C'est dans l'espoir d'en finir (au moins un peu) avec ces contraintes qu'Antoine Simon, un mordu de voile, a mis de côté sa carrière dans l'aéronautique pour lancer son prototype de bateau démontable.

"Je voulais rendre accessible à tous la navigation, où que l'on soit", confie-t-il à L'Usine Nouvelle. Deux ans d'études et cinq démonstrateurs plus tard, il réussit son pari. Son petit dériveur deux places, le Reverso, tient dans le coffre d'une voiture. Et ce, grâce à une coque composée de trois parties qui s'emboîtent.

Une fois démontées (en trois minutes, assure Antoine Simon), les trois parties de la coque s'emboîtent. Le petit cube de 57 kilos ne mesure alors plus que 93 centimètres de long, sur 1,45 mètre de large, pour 70 centimètres de haut. Quant au mât, il se dévisse en quatre sections de 1,40 mètre. De quoi tout faire entrer dans une voiture... Mais peut-être pas une citadine deux places.

Une fois démonté, le navire forme un cube de 57 kilos. Crédit: Reverso

Le Reverso a été imaginé pour contenir dans le coffre d'une voiture. Crédit: Reverso

Made in France

Pour ce projet, Antoine Simon a misé sur un approvisionnement local. "Nous fabriquons la coque dans les ateliers d'Ouest Composites, un chantier situé à Auray dans le Morbihan", met-il en avant. Il a fait récemment installer un atelier attenant, où il emploie 6 personnes chargées de l'innovation.

"Les gréements et la voilure viennent de Montpellier, où l'on trouve le seul fabricant en série de voiles à membrane. Tout est made in France", certifie le jeune chef d’entreprise. Des pièces de haute qualité. D'où le prix du navire: environ 10 000 euros, sans inclure le prix de l'expédition.

Emprunts à la course au large

Voile à membrane et mât en carbone (comme les navires du Vendée Globe), coque en composites, fermetures à levier en acier inoxydable… Le Reverso emprunte beaucoup à la course au large en matière technologique. Le style s’inspire aussi de cette discipline, avec des courbes calquées sur les navires de course ainsi que des couleurs, sobres et modernes.

Crédit: BASTIEN.A

"Nous avons mis l'accent sur la maniabilité et la stabilité du bateau, poursuit l'ancien pilote d'avion. Ce sont des éléments primordiaux pour que le bateau puisse être utilisé par le public le plus large possible". Carène plate pour surfer sur l'eau et gagner en stabilité, voile de 7 mètres pour la vitesse… "Nous avons fait des pointes à 16 nœuds [quasiment 30 km/h]", s'enthousiasme Antoine Simon.

Une offre qui semble trouver son public. "Nous avons vendu 200 exemplaires dans plus de 26 pays, avec une croissance de 70% du chiffre d'affaires depuis 2020", se réjouit l'entrepreneur breton de 39 ans.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS