[L'industrie c'est fou] Dans l'oeil du cyclone, les avions américains chassent l'ouragan Florence

Les États-Unis se préparent à l'arrivée de l'ouragan Florence sur la côte Est, dès le jeudi 13 septembre. Tandis que la région est en état d'urgence, les chasseurs d'ouragan décollent en avion pour plonger au coeur du cyclone. Les scientifiques ramènent ainsi des données précieuses et des images fascinantes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Dans l'oeil du cyclone, les avions américains chassent l'ouragan Florence
Tandis que la côte Est des États-Unis est en état d'urgence, les chasseurs d'ouragan décollent en avion pour plonger au coeur du cyclone.

Fenêtres barricadées, usines à l’arrêt et militaires mobilisés… L’ouragan Florence s’apprête à déferler sur la côte Est des États-Unis dès le jeudi 13 septembre. Les ordres d’évacuation concernent 1,7 millions de personnes tandis que la région pourrait connaître son pire cyclone depuis Hugo en 1989. Avec des vents à 220 km/h, l’ouragan a été classé en catégorie 4 sur l’échelle de Saffi-Simpson qui compte cinq échelons.

Tristement célèbre pour ses catastrophes naturelles, le pays a aussi engendré un métier aussi dangereux que fascinant : chasseur d’ouragan. Aux États-Unis, la NOAA (Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique) suit au plus près ces perturbations climatiques, à travers le OMAO (Bureau des opérations marines et d’aviation).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Quand les avions commerciaux sont cloués au sol, les appareils du OMAO plongent dans le cyclone pour des missions de huit à dix heures. Ils recueillent ainsi des données scientifiques dans le but d’améliorer la prévision des ouragans.

Deux Lockheed WP-3D Orion

Dans sa flotte, l’agence américaine compte notamment deux Lockheed WP-3D Orion surnommés Kermit et Miss Piggy. Le 10 septembre, Kermit a décollé pour s’enfoncer dans l’ouragan Florence. La NOAA a partagé les images de cette mission, entre le chaos de la houle et le calme perturbant de l’oeil du cyclone.

Les appareils sont des quadrimoteurs à turbopropulsion. Au coeur de l’ouragan, ils lâchent une sonde qui, en traversant le cyclone, va mesurer la pression de l’air, l’humidité, la température, la direction et la force du vent, avant de tomber dans la mer. Les avions de reconnaissance météorologique sont aussi dotés de radars pour observer en temps réel l’évolution de la tempête.

Si les missions sont dangereuses, les avions ne risquent pas d’être détruits par la force des vents. La NOAA explique que la menace se trouve davantage dans les changements soudains de la force et la direction des courants, avec le phénomène de cisaillement qui peut faire perdre le contrôle de l’appareil. Lorsqu’ils sont en mission, les pilotes de la NOAA surveillent ainsi de près les zones de rafales et de points sensibles afin de les éviter.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS