Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[L'industrie c'est fou] Combien de temps avant la fin du monde ? Réponse des scientifiques

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Les scientifiques américains du Bulletin of the Atomic Scientists ont actualisé le 24 janvier leur "horloge de l'apocalypse". Chaque année, les chercheurs estiment de façon symbolique le temps qu'il nous reste avant la fin du monde. Leur analyse dépend de l'évolution de deux menaces majeures pour la survie de l'humanité : la guerre nucléaire et le changement climatique.

[L'industrie c'est fou] Combien de temps avant la fin du monde ? Réponse des scientifiques
Ivy Mike, première bombe H américaine testée avec succès en 1952.
© National Nuclear Security Administration / Nevada Site Office / Domaine Public

Tic-tac, tic-tac… Le compte à rebours avant la fin du monde existe. Il a été inventé par des chercheurs de la très sérieuse revue scientifique américaine Bulletin of the Atomic Scientists. Baptisée Doomsday clock (“horloge de l’apocalypse”), leur cadran représente de façon symbolique le nombre de minutes qu’il nous reste avant la Catastrophe. Chaque année, le collectif actualise sa prévision. Jeudi 24 janvier, il a confirmé son analyse : il nous reste toujours deux minutes avant minuit, soit deux minutes avant la fin du monde.

Le “nouvel anormal”

Autrement dit, la situation ne s’est pas dégradée par rapport à 2018 mais pas de quoi se réjouir. Deux minutes, ce n’est tout de même pas énorme, insistent les scientifiques qui parlent de notre époque comme d’un “nouvel anormal”. “L’humanité est maintenant confrontée de façon simultanée à deux menaces existentielles”, écrivent les chercheurs du Bulletin of the Atomic Scientists.

“Ces menaces majeures - les armes nucléaires et le changement climatique - ont été exacerbées cette année passée par l’utilisation accrue de la guerre de l’information pour saper la démocratie à travers le monde”.

Le ton des chercheurs peut sembler alarmiste. L’horloge de l’apocalypse est tout de même un indicateur pris très au sérieux dans la communauté scientifique. Le célèbre astrophysicien Stephen Hawking y fait référence dans son livre posthume, Brèves réponses aux grandes questions.

Un indicateur inventé en pleine guerre froide

L’histoire de ce compte à rebours est vieille de plusieurs décennies. Il a été créé en 1947, en pleine guerre froide, pour alerter les citoyens et les dirigeants de la course à l’armement nucléaire et des tensions croissantes entre les États-Unis et la Russie. En 1953, la tension est à son comble : l’horloge indique deux minutes avant minuit tandis que les deux puissances mondiales créent au même moment la bombe H. Il faut attendre 1991 pour un recul historique des aiguilles de l’horloge de l’apocalypse. À la chute de l’URSS et avec de nouveaux traités sur la réduction des armements, il est 17 minutes avant minuit. Un niveau d’optimisme jamais retrouvé.

Autre jalon marquant, l’année 2007. Pour la première fois, le Bulletin prend en compte le changement climatique dans sa prévision. La dégradation de l’environnement rejoint alors la guerre nucléaire au rang des menaces les plus importantes pour la survie de l’humanité.

Deux minutes sur l'horloge de l'apocalypse, combien cela fait-il en temps réel ? La réponse n'est pas donnée par les scientifiques. Il n'y a plus qu'à espérer une amélioration des perspectives pour 2020. D'ici là, bonne année et surtout... bonne santé !

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

28/01/2019 - 10h16 -

" Il n'y a plus qu'à espérer une amélioration des perspectives pour 2020" Comment espérer une amélioration des perspectives lorsqu'on ne maîtrise plus rien de ses besoins ? Seule une nation qui décide de ses lois peu être porteuse d'espoir, si le projet politique permet la mobilisation générale vers cet objectif ?L'Europe, c'est la mondialisation déguisée, après le référendum déguisé. Et la mondialisation c'est la concurrence aux profits maximums.Alors que le but de toutes entreprises devrait être d'améliorer les conditions de vie de la nation dans laquelle elle évolue.L'entreprise mondialisée, c'est l'entreprise de la prédation ! Mais s'il faut aller dans ce sens nous irons contraint et forcés, mais tout le monde le regrettera !
Répondre au commentaire
Nom profil

28/01/2019 - 10h07 -

Comment est-ce possible que vos infos soient aussi désactualisées face aux nouvelles technologies MHD dont l'armée américaine fut la première à fabriquer les armes (notamment torpilles avec vitesse dans l'eau de plus de 2000 km de déplacement et missiles hypersoniques dépassant les 10000 km et cette technologie ayant résolu l’inconvénient du bouclier thermique) suivis par les russes et maintenant les chinois. La MHD fut théorisé par les français et notamment Jean-Pierre Petit et l'ostracisme de celui-ci par l'armée française a eu comme conséquence que les français n'ont pas ces armes. Les armes nucléaires sont totalement "out" face aux nouvelles armes (non contaminantes) plus de 1000 fois plus puissantes. Toutes ces infos sont disponibles sur le net et les diffèrent colloques internationaux de haut niveau l'atteste et les différentes publications à comité de lecture fait par Jean-Pierre Petit l’atteste aussi. Les études de JPP n'ont pas été contestés par nos "savants" et autres.
Répondre au commentaire
Nom profil

31/01/2019 - 11h08 -

JDFCAR, prenez vos médicaments, merci. Jean-Pierre Petit est très gentil mais tout ce qu'il avance n'est pas très sérieux, voire proprement ridicule. La MHD ça marche (un peu) dans l'eau, mais pas pour atteindre des vitesses de plus de quelques noeuds, et pas du tout dans l'air. Pour l'instant les seules avancées un peu ésotériques dans le domaine de l'emploi des plasmas sont celles qui entourent la "perche virtuelle" utilisant un jet de plasma de quelques centimètres de long pour casser l'onde de choc à l'avant des avions supersoniques, ce qui permettrait ainsi de réduire en l'étalant le "bang" supersonique, permettant in fine d'opérer des business jets ou de plus gros avions capables de supercroisière (vol au dessus de mach 1 sans réchauffe/post combustion) au dessus des zones habitées. Je passe sur vos "nouvelles armes (non contaminantes) plus de 1000 fois plus puissantes". Je vois que la propagande russe/américaine/chinoise/whatever fait décidément des merveilles...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle