[L'industrie c'est fou] Ces agriculteurs plantent des slips pour observer la qualité des sols

Savez-vous planter le slip ? Du 27 mai au 2 juin, les agriculteurs marnais enterreront un sous-vêtement sous l'impulsion de la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles). En observant l'évolution du slip, les exploitants espèrent en apprendre davantage sur la qualité du sol de leurs champs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Ces agriculteurs plantent des slips pour observer la qualité des sols
Dans la Marne, une trentaine d’exploitants ont déjà accepté de planter un slip dans leur champ.

C’est la fête du slip dans la Marne. Entre le 27 mai et le 2 juin, des dizaines d’agriculteurs enterreront un sous-vêtement dans leur champ. Il ne s’agit pas d’une tradition locale mais d’une initiative tout à fait sérieuse lancée par la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) du département. Grâce à ce projet, les exploitants pourront déterminer la qualité de leur sol.

Le coton, cible de choix pour les micro-organismes

Quel rapport entre le slip et l’agronomie ? Il est assez simple : pour les micro-organismes du sol, le coton est une cible de choix. Plus le sous-vêtement est attaqué, plus il traduit la présence de bactéries, de champignons ou de vers de terre. Des invités précieux dans un champ puisqu’ils sont indicateurs de sa fertilité. L’idée viendrait du Canada et d’une campagne menée en 2017 par le Conseil canadien de conservation des sols.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’expérience est assez simple à mener. Il faut se doter d’un slip blanc et en coton pour l’enterrer à 15 centimètres de profondeur et à au moins cinq mètre du bord d’un champ. Entre le 12 et le 18 août, les agriculteurs marnais déterreront le cache-sexe. Plus il sera dégradé, plus ce sera bon signe.

L’analyse peut être assez poussée comme le détaille La France Agricole : “La couleur et les odeurs [...] indiquent des différences d’activité microbiologique. L’odeur est souvent du type ‘terreau’, ‘humus’, ‘champignons’ dans les sols les plus actifs.” Des odeurs de renfermé et de moisi pourraient même trahir des problèmes d’asphyxie racinaire.

Slip d’or pour les meilleurs

Dans la Marne, une trentaine d’exploitants ont déjà accepté de se prêter au jeu selon France Bleu. Ils sont aussi bien agriculteurs que céréaliers ou viticulteurs. Pour le plaisir de la compétition, ils pourront comparer la dégradation de leur slip à la fin du projet. Ceux ayant les vêtements les plus dégradés seront récompensés “slip d’or” et auront droit à une récompense attrayante : un slip brodé à leur nom.

Pour les agriculteurs qui récupéreront un slip un peu trop propre, la FDSEA prévoit un accompagnement. Elle pourra notamment sensibiliser à une moindre utilisation des pesticides et des techniques moins néfastes pour la biodiversité.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Simon Chodorge
Simon Chodorge

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS