[L’industrie c’est fou] Ce poncho lumineux parvient à duper les logiciels de reconnaissance faciale

Le cabinet de design allemand WertelOberfell et l’institut Fraunhofer IZM ont réussi à tromper les caméras de surveillance grâce à un poncho recouvert d’une grille de LEDs. Le projet veut ouvrir le débat sur le rôle et l’importance de la reconnaissance faciale dans l’espace public.

Partager
[L’industrie c’est fou] Ce poncho lumineux parvient à duper les logiciels de reconnaissance faciale
Le poncho créé par WertelOberfell déboussole le logiciel de reconnaissance grâce à ses motifs incurvés et sa grille de LEDs lumineuses.

On savait déjà que l’entreprise canadienne Hyperstealth Biotechnology avait développé en octobre 2019 un bouclier capable de courber la lumière pour rendre un objet ou une personne quasiment invisible. Le cabinet de design allemand WertelOberfell et l’institut Fraunhofer IZM se sont encore rapprochés de la cape d’invisibilité de Harry Potter avec un poncho lumineux baptisé «Ignotum» («inconnu» en latin), pouvant tromper les logiciels de reconnaissance faciale des caméras installées dans l’espace public.

Re-FREAM Ignotum by WertelOberfell from WertelOberfell on Vimeo.

Les sources lumineuses, la clef pour perturber le logiciel de reconnaissance faciale

Le vêtement, parcouru de motifs incurvés et rehaussé d’une grille lumineuse faite de LEDs, parvient à duper les caméras dans deux cas sur trois : celles-ci indiquent alors que le porteur n’est humain qu’avec «33% de chances». Pour repérer les êtres humains, l’intelligence artificielle des caméras de surveillance découpe l’espace en petites tuiles, puis analyse l’effet de contraste entre elles, calculant une probabilité de reconnaissance. Un squelette virtuel est ensuite attribué aux formes humaines et les images du visage envoyées sur un serveur.

WertelOberfell a recréé ces squelettes virtuels dans son studio et recouvert son mannequin numérique de plusieurs motifs pour déterminer ceux le plus susceptibles de passer inaperçus. L’équipe est ensuite passée aux tests pratiques, en imprimant et en portant elle-mêmes ces motifs. «S’il était très difficile de de déboussoler l’intelligence artificielle (à moins de dissimuler complètement le corps), les sources lumineuses actives telles que les bandes LED semblaient affecter les chiffres», écrit le studio sur son site. Fraunhofer IZM a ensuite construit les LEDs et les composants électroniques dissimulés dans le vêtement. Même en cas de fort contraste, poursuit l’entreprise, «le poncho abaisse le pourcentage de reconnaissance à un niveau où il n’est pas assez élevé pour être concluant».

Un vêtement fait pour capter l’attention du public, pas des caméras

Si vous souhaitez vous procurer «Ignotum» pour dévoiler un secret d’Etat ou participer à la prochaine Fashion week parisienne, vous allez devoir sortir votre machine à coudre. Car ce poncho lumineux n’est qu’un démonstrateur. Financé par le consortium Re-FREAM, un projet de recherche collaboratif entre artistes et designers soutenu par l’Union européenne, «Ignotum» vise à attirer l’attention du public et des autorités sur l’usage fait de la vidéo-surveillance, et sur son ampleur. «Nous trouvons l’évolution [de la surveillance publique] discutable et avec ce projet, le porteur peut décider quand être visible de ces technologies», assure Werteloberfell.

En France, seule la reconnaissance faciale a posteriori est autorisée, notamment pour la police depuis 2012, qui utilise le fichier de traitement des antécédents judiciaires (TAJ). Plusieurs expérimentations ont néanmoins eu lieu récemment : un premier logiciel de reconnaissance faciale avait été testé en février 2019 lors du carnaval de Nice (Alpes-Maritimes) auprès de figurants qui se savaient filmés et avaient donné leur accord (et leur photo). En février dernier, la ville de Valenciennes (Nord) a été mise en garde par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) pour ses 308 caméras offertes par l’entreprise chinoise Huawei, au «caractère particulièrement intrusif» en raison de leur «un dispositif de lecture automatisée des plaques d'immatriculation» et de leurs «dispositifs d'analyse assistée des images».

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur(e) Calculs Mécaniques F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

DATE DE REPONSE 17/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS