Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L’industrie c’est fou] Ce paquebot va carburer aux poissons morts

Sylvain Arnulf , , ,

Publié le

Ce qui vient de la mer retourne à la mer. Une compagnie de navires norvégienne veut utiliser du biogaz d'un nouveau genre, produit à partir de déchets issus de la pêche et de la sylviculture.

[L’industrie c’est fou] Ce paquebot va carburer aux poissons morts
Le danois Hurtigruten veut développer un biogaz d'un nouveau genre pour alimenter sa flotte.
© Hurtigruten

Cela n’a pas échappé aux "gilets jaunes": le transport maritime n’est pas vraiment exemplaire en matière de lutte contre la pollution. Son carburant, pourtant très polluant, n’est pas taxé contrairement à celui des voitures et camions. Le secteur commence pourtant – doucement – à se préoccuper de son empreinte carbone. Le secteur s’est fixé comme objectif la réduction des gaz à effet de serre de de 50 %… d'ici 2050.

Certaines compagnies maritimes en font déjà un argument commercial pour séduire de nouveaux clients. C’est le cas de la société norvégienne Hurtigruten, qui fait voguer des navires d’expédition dans des zones très sensibles au réchauffement climatique et à la pollution, comme l’Arctique et l’Antarctique.

Après avoir annoncé l'élimination les emballages plastiques à usage unique, l’entreprise s’est engagée à basculer la quasi-totalité de la flotte vers des navires hybrides d’ici 2021. Six bateaux actuels passeront ainsi de propulsions diesel à des moteurs alimentés au gaz naturel liquéfié, et équipés de batteries de stockage d’électricité électrique.

Les déchets de la pêche pour produire du biogaz

Plus original, la compagnie va faire carburer certains de ses navires aux biogaz, fabriqués à partir de poissons morts, comme l’annonce le Guardian. "Les restes de poissons transformés pour l'alimentation et mélangés à d'autres déchets organiques seront utilisés pour produire du biogaz, qui sera ensuite liquéfié et utilisé à la place des combustibles fossiles par la compagnie d'expédition Hurtigruten", indique le quotidien britannique.

Le biogaz est en effet produit à partir de déchets organiques en accélérant et en exploitant le processus de décomposition naturelle pour capter le méthane produit. Or, en Norvège, l’une des industries produisant le plus de déchets non valorisés est la sylviculture et la pêche. Les restes de poissons non utilisés dans la fabrication d’aliments transformés seront donc exploités au lieu d’être jetés. Un double bon geste pour l’environnement.

 

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

21/11/2018 - 09h09 -

A quand la pèche de tous les poissons qu'on ne consomme pas pour alimenter les moteurs de ces monstres, dont l'intérêt consiste à transporter la pollution d'une majorité de vieux désœuvrés à l'autre bout du monde, pour leur faire admirer la chance qu'ils ont de pouvoir y jouer les riches.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle