[L'industrie c'est fou] Avec 349 ans de retard, cette carrière de l’Aude va livrer son marbre à Versailles

La carrière de Caunes-Minervois (Aude) a le sens du devoir. Elle a récemment trouvé un bloc de marbre rouge de trois tonnes et a découvert son origine à la suite de recherches. Il avait été commandé par le château de Versailles (Yvelines) en 1670. Trois siècles plus tard, l’entreprise veut enfin accomplir la livraison. Ce n’est pas tout : pour transporter ce matériau encore réputé aujourd’hui, elle compte utiliser les méthodes du XVIIe siècle.

Partager

[L'industrie c'est fou] Avec 349 ans de retard, cette carrière de l’Aude va livrer son marbre à Versailles
La chapelle du château de Versailles (Yvelines).

Voilà qui devrait rassurer les clients des carrières de l’Aude. Malgré un retard de 349 ans, l’entreprise AGE souhaite toujours honorer une commande prise à l’un de ses prédécesseurs. La carrière de Caunes-Minervois vient en effet de retrouver dans un bosquet un bloc de marbre rouge de trois tonnes. Or le minéral n’était pas destiné à n’importe qui, comme le rapporte Le Parisien. Il devait être livré au château de Versailles (Yvelines).

Une commande passée en 1670

Petit voyage dans le temps. Nous sommes en 1670, sous le règne de Louis XIV, quand le château de Versailles passe commande auprès de la carrière. Les chantiers se multiplient pour transformer le pavillon de chasse en palais somptueux. Le marbre rouge de Caunes-Minervois, aussi appelé incarnat, connaît alors un certain succès grâce à sa couleur rouge rosé et ses taches blanches. Le matériau noble va servie à bon nombre de monuments en France et à l’étranger : le dôme des Invalides à Paris, la basilique Saint-Pierre du Vatican et le Grand Trianon, un palais qui a récemment fait l’actualité pour avoir été l’écrin du mariage de Carlos Ghosn.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

(Le péristyle du Grand Trianon et ses colonnes en incarnat dans le parc du château de Versailles. Crédit : Moonik / CC BY-SA 3.0)

À l’origine, le bloc commandé par Versailles devait servir à la construction de douze colonnes pour une chapelle. Un projet abandonné. Les années passent, le descendant de Louis XIV est décapité en place publique. Le marbre est retrouvé trois siècles plus tard par l’entreprise AGE. Son gérant, Khalid Massoud, est également président de l’association Marbres en Minervois. Celle-ci fait ses recherches pour finalement identifier le célèbre client et l’année où il a passé commande.

Aujourd’hui, le château de Versailles est le troisième site touristique le plus visité en France et l’incarnat a toujours une bonne réputation. La carrière AGE avait déjà attiré l’attention en 2011, lorsqu’elle a obtenu une commande du prince multimilliardaire Al-Whalid Ben Talal pour fournir des revêtements intérieurs d’un étage de la Jeddah Tower de Djeddah (Arabie saoudite). Toujours en construction, le bâtiment s'élevait déjà à 266 mètres en février 2018 et doit dépasser 1000 mètres de hauteur pour devenir le plus grand gratte-ciel au monde.

(Deux blocs de marbre rouge de la carrière de Caunes-Minervois. Crédit : AGE)

Le bloc sera livré par voie fluviale

L’histoire ne s’arrête pas là. Le marbre ne connaîtra ni camion ni autoroutes. Il devra arriver au château par les techniques et les voies détournées du XVIIe siècle, à savoir par chariot de bois et par voies fluviales. La scierie Inard de Villemoustaussou (Aude) devrait fabriquer le radeau sur lequel reposera le bloc. Celui-ci devra ensuite remonter le canal du Midi jusqu'à Toulouse (Haute-Garonne). Il rejoindra l’océan Atlantique puis la Manche pour finalement traverser la Seine et arriver en Ile-de-France.

(Le canal du Midi. Crédit : Honmico / CC BY-SA 3.0)

Le périple prenait six mois sous le règne de Louis XIV. Aujourd’hui, il devrait durer plus d’un an selon l’association Marbres en Minervois. Il faut dire qu’elle compte aussi sur le voyage pour faire la promotion du marbre de Caunes. La cargaison devrait ainsi s’arrêter dans plusieurs grandes villes dont Bordeaux, Carcassonne, Rouen et Toulouse. Le bloc sera enfin taillé à Versailles pour un projet qui reste à préciser.

Simon Chodorge
Simon Chodorge

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS