Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[L'industrie c'est fou] À Lyon, compétition de planeurs loufoques conçus pour s'envoler (et plonger) le plus loin possible

Rémi Amalvy

Publié le

Images La dernière édition du Red Bull Jour d'Envol s'est déroulée à Lyon dimanche 30 juin. Depuis 1992, la compétition propose aux participants de concevoir un appareil volant non motorisé le plus loufoque possible, capable de planer le plus longtemps. Au programme: des engins plus originaux les uns que les autres mais optimisés et ingénieux.

À Lyon, la compétition de planeurs loufoques se finit... dans l'eau
Les concurrents se sont élancés depuis 6 mètres de haut.
© Red Bull

Les plus dignes héritiers de Saint-Exupéry se sont donnés rendez-vous dimanche 30 juin à Lyon pour la dernière édition du Red Bull Jour d’Envol. Leur objectif : "concevoir, construire et piloter un engin volant non motorisé le plus loin possible, le tout en proposant un maximum de spectacle pour s'attirer les faveurs du public et des juges", résumait l'organisateur.

Sous le soleil de plomb de la capitale des Gaules, les pilotes les plus intrépides n’ont pas hésité à littéralement se jeter à l’eau. À bord de leurs engins, tous ont été propulsés depuis une plateforme de 6 mètres de haut installée au niveau de la darse de Confluence, quartier situé à l'extrémité sud de la presqu'île lyonnaise, dans le 2e arrondissement.

Le défi était de taille: il fallait battre le record de 78,64 mètres, détenu depuis 2013 par une équipe américaine, les Chicken Whisperers. Mais comment construire l'avion parfait ? La mission s'avérait délicate. D'autant que "nous sommes tous ingénieurs de formation, et certains sont même pilotes. Zach et moi sommes spécialisés dans la conception d'avions", décrit ainsi sur le site de l'évènement Bob Parks, l'un des membres de cette mémorable équipe.

Aérodynamique, structure, stabilité et contrôle : tout compte, donc. Sans compter que la machine ne doit pas dépasser 5 mètres de largeur d'extrémité d’aile à extrémité d’aile, et 6 mètres de longueur du nez à la queue, et le poids de l’engin et du pilote combinés ne doit pas excéder 180 kilos. "L'idéal est de faire une maquette radio-commandée de votre appareil avant de le construire", explique Bob Parks. Qui recommande, pour garantir légèreté et rigidité, certains matériaux: bois ou tubes en aluminium, car peu onéreux, faciles à travailler et à trouver, ou encore fibre de carbone ou de verre. Mais aussi, "pour avoir des ailes légères et lisses, un revêtement avec un film thermorétractable en Mylar".

Outre la distance de vol, les 36 équipes venues de toute la France ont été notées sur d’autres critères. La créativité de l’appareil (non motorisé) et la chorégraphie imaginée par les 4 membres d’équipage (3 pousseurs, 1 pilote) comptaient pour une partie du score final. Les compétiteurs ont donc rivalisé d’imagination pour proposer la conception la plus originale possible.

Des minions, des sandwiches et des aubergines géants

On retiendra par exemple l’équipe Hymne à la Raclette et leur poêlon à fromage, en phase avec la chaleur du moment, ou les Bérets Gourmets et leur incroyable sandwich jambon beurre volant. Mention spéciale pour l’équipe 2.0, et leur remarquable smartphone à ailes rétractables, ainsi que Aiekillu et leur aubergine géante, tout à fait de saison !

En troisième position, s'est distingué un improbable Jean-Claude Dusse volant arrivé directement de Boos en Seine Maritime. L'équipe savoyarde Léonard 2.20.6 et son appareil inspiré du célèbre inventeur arrivent seconds. Mais ce sont les Rhônalpins de l’équipe Minyon qui se sont démarqués grâce à des costumes tirés des petits personnages des films d’animation " Moi, moche et méchant" et "Les Minions".

Les équipes se sont élancées devant un public de plus de 15 000 personnes et un jury de sportifs composé notamment du skieur Luc Alphand et de l’ancien entraineur de football Gérard Houllier. Depuis la toute première édition de Vienne (Autriche) en 1992, plus de 150 "Jour d’Envol" se sont tenus à travers le monde, attirant près de 3 500 000 spectateurs en cumulé. Seconde édition française en dix ans, le millésime 2019 a prouvé que l’Hexagone était loin d’avoir du plomb dans l’aile !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle