Economie

L'industrie automobile française perd du terrain

, , ,

Publié le

En 2006, les constructeurs français ont fabriqué davantage de voitures dans leurs sites de production à l'étranger qu'en France.

L'industrie automobile française a connu en 2006 une année noire, avec un recul des parts de marché en France et à l'étranger et une concurrence mondiale accrue, selon une étude de l'Insee publiée aujourd'hui. En volume, la production des constructeurs et des équipementiers automobiles a diminué de 5,7%, après une baisse de 1,6% en 2005.

Signe des délocalisations qui affectent le secteur, les constructeurs français ont fabriqué en 2006 davantage de voitures dans leurs sites de production à l'étranger qu'en France.
Alors que la production de Renault et PSA en France a baissé de 10,7 % avec 2,8 millions de voitures sorties des usines françaises, 3,1 millions de véhicules ont été produits par les deux constructeurs à l'étranger. Soit une hausse de près de 10 %.

Alors que le nombre d'immatriculations de véhicules neufs en France a connu un repli de près de 2 %, les marques françaises ont continué à perdre des parts de marché en France et en Europe, au profit de leurs concurrents étrangers.

Sur le marché européen, qui représente près de 75% des exportations de PSA et Renault, les immatriculation de voitures françaises ont chuté de 6 %. L'année a particulièrement été difficile pour Renault qui enregistre une baisse de 11 % de ses immatriculations au sein de l'Union Européenne, ce qui lui fait perdre « plus d'un point de part de marché européen », note l'Insee.

La tendance est identique sur le marché français avec un recul de 3% pour PSA et 10 % pour Renault au profit principalement des berlines allemandes et japonaises.

« Le vieillissement de la gamme, l'absence de lancement de nouveaux modèles chez Renault et leur sortie trop récente pour infléchir la tendance chez PSA accentuent le déclin », note l'Insee, qui remarque également que les constructeurs français doivent faire face à un problème de positionnement, avec le recul du moyen de gamme au profit de voitures plus luxueuses ou « low cost ».

Mais « les constructeurs français cherchent à s'adapter à cette évolution du marché », relève l'Insee, avec les lancements des 4x4 de PSA 4007 et C-Crosser ou la Twingo II et Laguna III de Renault.

La morosité du secteur a entrainé une baisse importante de l'emploi salarié dans le secteur, en repli de 3,6 % en 2006 contre 2,2 en 2005 hors intérim. Le nombre d'intérimaires, qui représente prés de 10 % de l'ensemble des salariés du secteur automobile a par contre chuté de 14 % en 2006.

Pour 2007, les perspectives semblent encore sombres pour l'industrie automobile. Même si les ventes de voitures neuves se sont légèrement redressées, « les pertes de parts de marché des marques françaises se confirment », affirme l'Insee avec une diminution de 6,5 % du nombre d'immatriculations de voitures françaises.

Solène Davesne

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte