L’industrie automobile, élément important de la victoire d’Obama

Alors que les spécialistes continuent d’analyser les résultats détaillés de l’élection du mardi 6 novembre, le sauvetage de l’industrie automobile semble clairement avoir joué un rôle dans la réélection de Barack Obama, notamment dans l’Ohio.

Partager
L’industrie automobile, élément important de la victoire d’Obama

Dans le plus célèbre des "swing states", des dizaines de publicités politiques - souvent négatives - ont mis l’accent sur la faillite organisée de General Motors et Chrysler, début 2009. Donné perdant à quelques jours du scrutin, Mitt Romney avait décidé de jouer son va-tout en diffusant des publicités critiquant vivement l’intervention de Barack Obama dans ce dossier. Ces spots laissaient notamment entendre que Jeep (Chrysler) s’apprêtait à délocaliser en Chine après avoir bénéficié de l’aide de l’Etat fédéral. Des informations jugées mensongères aussi bien par la presse que par le constructeur.

Au final, à en croire les résultats du vote dans l’Ohio, où se trouvent de nombreuses usines de production et de sous-traitants de l’automobile, le pari risqué du candidat républicain s’est finalement retourné contre lui. Dans les grandes villes ouvrières de l’Etat (Cleveland, Toledo, Cincinnati), Barack Obama a réalisé ses meilleurs scores. Dans le comté de Cuyahoga (nord, où se trouve Cleveland), le président démocrate sortant a récolté près de 69% des suffrages.

Le poids de l’UAW

Parmi les autres Etats de la ceinture industrielle américaine, Barack l’a emporté dans l’Illinois et le Michigan, où se trouve Détroit, la capitale de l’automobile. Seul l’Indiana, où se trouvent essentiellement des usines de marques étrangères (Honda, Subaru) a majoritairement voté pour Mitt Romney.

Dans son combat acharné pour remporter l’Ohio - finalement pas aussi décisif que prévu - Barack Obama a par ailleurs pu compter sur le soutien sans faille de l’UAW (United Auto Workers), le syndicat du secteur.

"Le Président Obama a soutenu les travailleurs américains aux heures les plus noires de la crise. Les membres de l’UAW et les habitants des communautés qui profitent aujourd’hui de l’industrie automobile sont reconnaissants envers le président d’avoir parié sur nous", a souligné mercredi 7 novembre le président du syndicat, Bob King, dans un communiqué. "Aujourd’hui, l’industrie automobile américaine est de retour", ajoute-t-il.

Les industriels appellent à l’unité

Sur le plan national, les appels au dialogue bipartisan se multiplient. Alors que le Président va de nouveau devoir composer avec une Chambre des représentants à majorité républicaine (233 sièges contre 192 pour l’instant), les observateurs s’inquiètent d’une possible paralysie politique.

"Il est temps que notre nation dépasse les clivages et que les Américains se réunissent", écrit le président de la National Association of Manufacturers (NAM) dans un communiqué. "Les industriels vont continuer à travailler avec le Président Obama. (…) Nous travaillerons avec son administration pour doubler les exportations, renforcer notre main d’œuvre et former les Américains aux métiers de l’industrie moderne", poursuit Jay Timmons.

A peine réélu, Barack Obama va devoir chercher un compromis avec les Républicains pour éviter le "mur budgétaire". Sans accord avec le Congrès d’ici la fin de l’année, ce "mur budgétaire" prévoit des coupes automatiques dans les dépenses publiques début 2013 et la suppression des baisses d’impôts décidées sous George Bush. Deux décisions qui menacent de faire replonger le pays en récession.

0 Commentaire

L’industrie automobile, élément important de la victoire d’Obama

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS