Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'industrie à la conférence environnementale (2/6) : Photosol attend un meilleur équilibre

,

Publié le

La conférence environnementale organisée par le gouvernement se tiendra les 14 et 15 septembre prochain. L’Usine Nouvelle a interrogé des industriels sur ce qu’ils attendent de ces débats. Pour David Guinard, le directeur général et associé fondateur du  producteur d’électricité solaire Photosol, il faut impérativement arrêté de massacrer la filière solaire.  

L'industrie à la conférence environnementale (2/6) : Photosol attend un meilleur équilibre © JMB Energie

Sommaire du dossier

L'Usine Nouvelle - Qu’attendez-vous de la conférence environnementale ?
David Guinard - Nous avons des attentes sur la refonte de la politique énergétique en France qui, dans l’état actuel, court à la catastrophe. Il y a une trop grande prédominance du nucléaire. Et je ne suis pas anti-nucléaire : je vous dirais la même chose si l’énergie solaire représentait 80% du mix énergétique. Pour l’équilibre stratégique d’un pays, il faut un équilibrage entre les différentes sources d’énergie.

Et concernant le photovoltaïque ?
Les professionnels du photovoltaïque attendent des mesures d’urgence de la part du gouvernement. C’est une bonne chose que la réflexion sur la transition énergétique ne soit pas faite dans la précipitation et dure plusieurs mois après la conférence. Nous sommes prêts à attendre jusqu’en juin prochain pour avoir un cadre réglementaire. En revanche, en attendant, il faut prendre des mesures provisoires, sinon nous sommes morts.

David Guinard - Photosol - D.R.Notre filière, contrairement à l’éolien et autres énergies renouvelables, a été massacré par le précédent gouvernement avec le moratoire sur le photovoltaïque et surtout la mise en place des appels d’offre. Ceci a tué toutes les PME du secteur. Une PME n’a en effet pas la possibilité d’attendre le bon vouloir du gouvernement  durant six mois, durée d’instruction des dossiers.

Le paradoxe, c’est que ce système d’appel d’offres se révèle anti-productif puisque les tarifs de rachat qui ont été retenus sont supérieurs au prix du marché. Alors même qu’entre temps, le marché a beaucoup évolué et que nous avons la possibilité de construire des centrales à un prix inférieur ! Au final, cette mesure est très inégale pour le PME, pour le consommateur et les territoires.

Quelles mesures d’urgence attendez-vous ?
Nous attendons de la Ministre de l’écologie, l’arrêt des appels d’offre sur l’intégralité des projets au sol et en toiture. Tout le monde sera gagnant. Nous lui demandons aussi de mettre en place une régionalisation des tarifs et des volumes plus importants. Il faut en effet dépasser cet objectif dérisoire de 5,4 MWatt à l’horizon 2020.

L’Allemagne a installé en décembre 2011 ce que la France a installé entre 2000 et 2011 ! Il faut prendre ces mesures si l’on veut créer une filière adaptée aux territoires et créatrice d’emplois.

Propos recueillis par Camille Chandès

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle