L'indigestion des big pharmas

Les big pharmas digérent mal leurs acquisitions. Après Pfizer, Sanofi ou Novartis, c'est le laboratoire japonais Takeda qui supprime 2 100 emplois en Europe et 700 aux États-Unis. La raison ? Éviter les doublons suite au rachat en septembre 2011 du suisse Nycomed, pour 9,6 milliards d'euros. Dans le même temps, sous la pression de l'opinion publique, certains laboratoires reviennent sur leur décision. Novartis, qui prévoyait la disparition de 2 000 postes dans le monde, a renoncé à la fermeture d'un site de production à l'ouest de la Suisse, et revu à la baisse les suppressions d'emplois à Bâle.

Partager

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement