Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

L'indien Mahindra pourrait racheter le designer italien de la Ferrari Pininfarina

, , , ,

Publié le , mis à jour le 27/03/2015 À 07H20

Le constructeur automobile indien Mahindra & Mahindra a exprimé un intérêt pour l'acquisition de Pininfarina mais aucun accord n'a été conclu pour l'instant, a annoncé le 26 mars le designer italien, fortement endetté.

L'indien Mahindra pourrait racheter le designer italien de la Ferrari Pininfarina

Le groupe automobile indien Mahindra & Mahindra a exprimé un intérêt pour le rachat de Pininfarina, mais aucun accord n'a été conclu pour l'instant, a annoncé le 26 mars le designer italien fortement endetté. Des sources avaient déclaré le même jour à Reuters que Mahindra négociait l'acquisition d'une participation majoritaire dans Pininfarina, réputé pour avoir dessiné les lignes de modèles Ferrari et de nombreuses autres voitures de luxe.

Pininfarina pourrait ajouter son nom à la liste des célèbres marques italiennes récemment tombées dans l'escarcelle d'investisseurs asiatiques. Dernier exemple en date, le groupe chinois China National Chemical Corp (ChemChina) a annoncé le 22 mars le rachat du fabricant de pneumatiques Pirelli pour 7,1 milliards d'euros.

garantie de financement auprès des banques

La révélation des discussions autour de Pininfarina a fait bondir le cours de son action mercredi à la Bourse de Milan, où il a gagné 26% à 5,15 euros, ce qui valorisait l'entreprise à 140 millions d'euros. Le titre refluait de 5,4% jeudi vers 11h10. Le designer automobile italien a précisé qu'une transaction devrait obtenir l'accord de son actionnaire de contrôle Pincar, qui détient 76% du capital, et de ses 13 banques créancières.

Il a aussi souligné que cette part détenue par Pincar servait de garantie de financement auprès des banques et que l'accord de restructuration de sa dette conclu en 2008 prévoyait entre autres possibilités la vente de la société. Dans un communiqué distinct, Mahindra, qui est déjà l'un des principaux clients de Pininfarina, a qualifié ces informations de spéculation et a affirmé n'avoir conclu aucun accord.

Pininfarina n'est pas un actif "indispensable"

L'une des sources s'étant exprimées sur le sujet le 25 mars a souligné que Pininfarina n'était pas un actif "indispensable" pour Mahindra. L'entreprise italienne perd de l'argent depuis des années et sa dette envers les banques équivaut quasiment à sa capitalisation boursière. Elle souffre du choix de plus en plus répandu chez les constructeurs automobiles de se doter de stylistes "maison" plutôt que de recourir à des designers externes.

Pininfarina, qui a développé ses activités dans le design architectural, d'intérieur, d'ameublement et de produits électroniques, a affiché en 2014 une perte nette de 1,3 million d'euros. Sa dette nette s'élevait fin 2014 à 45 millions d'euros et elle devrait continuer à s'alourdir cette année. Mahindra a la réputation de mettre la main sur des entreprises en difficulté et sous-évaluées. En 2010, il a acquis le constructeur sud-coréen Ssangyong Motor et il a pris l'an dernier une part majoritaire dans la division scooter de Peugeot.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle