Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L’Inde va-t-elle renoncer à fabriquer des Rafale ? 

, , , ,

Publié le , mis à jour le 14/04/2015 À 18H05

Selon la presse indienne, qui relaye les propos du ministre indien de la Défense, le pays privilégierait désormais une vente de gouvernement à gouvernement, comme lors de l'accord sur les 36 Rafale annoncé lors de la visite du Premier ministre Narendra Modi.

L’Inde va-t-elle renoncer à fabriquer des Rafale ? © Dassault

Si l’Inde achète d’autres Rafale, elle privilégiera les achats de gouvernement à gouvernement, comme elle l’a fait pour l’achat dévoilé vendredi dernier de 36 appareils. C’est le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar qui l’a déclaré ce lundi 13 avril à la presse indienne.

Le ministre a indiqué que le pays privilégierait cette voie à celle d’une vente d’industriel à industriel, écartant l’accord Medium Multi-Role Combat Aircraft (MMRCA) lancé en 2007, et dont Dassault négocie la mise en œuvre industrielle depuis maintenant trois ans. Sur les 126 exemplaires que l’Inde avait l’intention d’acheter, seuls 18 devaient être initialement assemblées en France, les autres devaient être assemblés par son partenaire public HAL, désigné par le gouvernement.

Blocage sur les transferts de technologie

HAL, l’industriel indien incontournable pour Dassault



Fabrication d’avions et d’hélicoptères militaires, assemblage et production de pièces de moteur, développement de solutions avioniques… les activités d’HAL regroupent, toutes proportions gardées, celles d’Airbus Group, de Safran et de Thales. Cette entreprise publique de 34 000 salariés pour un chiffre d’affaires d’environ 2,4 milliards d’euros, est de fait incontournable dans le secteur de l’aéronautique de défense en Inde. "Tous les grands contrats passent aujourd’hui par l’entreprise publique HAL, qui joue le rôle d’intégrateur pour la filière.

Elle est le seul constructeur d’appareils destinés à l’usage militaire", explique-t-on du côté de Business France (ex UBI France). De quoi en profiter pour imposer ses conditions à ses partenaires étrangers. HAL a longtemps voulu imposer à Dassault Aviation de la prendre la responsabilité des Rafale assemblés en Inde, ce que l’avionneur français a toujours refusé.

Si cette voie se confirmait, ce serait un coup dur pour le programme "Make in India" lancé par le gouvernement de Narendra Modi. L’Inde veut parer au plus pressé et disposer de ses avions au plus vite. La solution du transfert de technologie n’était pas la plus adaptée. De même, on imagine mal que le pays réduise sa commande drastiquement de 126 à 36 exemplaires, ce qui ne permettrait de constituer que quelques escadrilles.

Patrick Déniel

Première réaction du ministre de la Défense indien, Manohar Parrikar, sur le contrat Rafale :

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle