Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'Inde pourrait tourner le dos aux Rafale pour des avions de combat américains

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le

Selon la presse indienne, Boeing et Lockheed Martin auraient offert de fabriquer des F16 et des F/A 18 sur place afin de décrocher le juteux contrat visant à renouveler la flotte indienne d'avions de combat.

 

Pas une semaine ne passe sans que ne varie le nombre d'appareils commandés, le montant du contrat ou sans que l'on annonce une signature imminente. Engagées depuis des mois, les négociations entre l'Inde et Dassault Aviation concernant la vente de 36 appareils semblent dans une impasse.

Et les concurrents américains de Dassault ont sauté sur l'occasion pour dégainer un argument décisif aux yeux du gouvernement de Narendra Modi. Boeing et Lockheed Martin auraient décidé de jouer sur la corde sensible de l'acheteur : le "make in India".  Ce point sur lequel, justement, les discussions entre la France et l'Inde ont achoppé.

 

A lire aussi notre dossier Rafale à l'export 

 

En effet, le Premier ministre indien avait finalement annoncé en avril 2015 sa volonté de commander 36 avions de combats de Dassault Aviation "sur étagère", c'est-à-dire construits en France, après l'enlisement des négociations exclusives menées depuis début 2012 sur un contrat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde. Depuis, les deux parties sont en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi, des "offsets" (une partie de la valeur du contrat produite dans le pays)

Des hauts responsables du ministère de la Défense indien auraient rencontré, mardi 5 avril, des responsables de Boeing et Lockheed Martin, raconte India Today. Ils auraient proposé de produire localement le F 16 'Super Viper' et un F/ A 18 'Super Hornet' personnalisé pour les besoins de l'Indian Air Force. L'Inde n'aurait envisagé d'examiner la proposition de Lockheed Martin que lorsque l'industriel américain a offert de produire son F16 localement…

Une nouvelle épine dans le pied de Dassault qui avait déjà dû faire face récemment aux déclarations du ministère indien de la Justice. Celui-ci avait mis en garde le gouvernement concernant certaines clauses de l'accord qui n'allaient pas, selon lui, dans l'intérêt du pays. Pour autant l'Inde cèdera-t-elle au chant des sirènes Boeing et Lockheed Martin ? Il y a fort à parier que l'on assistera encore à de nombreux rebondissements avant d'avoir la réponse... 

Astrid Gouzik

 

 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/04/2016 - 13h45 -

Si Dassault n'a pas réusit à trouver le réseau de sous traitant locaux pour réaliser les Rafales, je ne vois pas comment Boeing ou LM le trouverais?
A moins que les F18 et 16 soient beaucoup plus simple à faire que des Rafale... mais ce sont des avions de conceptions plus anciennes, peut être plus simple.
A voir comment les Russes qui se targuent d'être indispensable à l'armée de l'air Indienne réagiraient à une foruniture US.
Répondre au commentaire
Nom profil

04/05/2016 - 12h38 -

Les Américains ont pas mal de relations avec les Afghans, dont des ventes d'avions de chasse, ça m'étonnerai pas mal qu'ils puissent s'implanter de si tôt de ce côté. Imaginez si on se mettais à vendre des FAMAS aux aux Israéliens puis ensuite aux Palestiniens pour arrondir les fins de mois. Enfin, après je ne suis pas expert en géopolitique hein. Bonne journée!
Répondre au commentaire
Nom profil

15/05/2016 - 06h54 -

Le problème c'est pas les Afghans mais les Pakistanais et ça n'avait pas empêché la France de vendre des sous-marins aux deux pays. D'ailleurs les attentas de Karachi ont eu lieu quelque mois après l'annonce de la vente de scorpène à l'Inde contre quelques années pour la "version officielle" ; la fin des commissions ordonnée par Chirac...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle